ASSOCIATION SPORTIVE DEPUIS 1964
 
CAPIE 
GYM - AQUAGYM - YOGA - PILATES - ZUMDANSE - MARCHE ACTIVE - RANDONNEE

 

                             

 

 

RANDONNEES

 

Programme 2022 / 2023

 

 

Voici les dates des randonnées CAPIE pour cette nouvelle saison :

(sous réserve de modifications)

 

- lundi 12 septembre 2022  Visite nocturne Nîmes  

- dimanche 18 septembre 2022  Sète

- dimanche 16 octobre 2022   Lussan les Concluses  ou Villeneuve    

- dimanche 20 novembre 2022    Primecombes

- dimanche 11 décembre 2022     Aramon

- dimanche 8 janvier 2023             

- dimanche 12 février 2023           

- dimanche 12 mars 2023               

- dimanche 16 avril 2023 

- dimanche 14 mai 2023  

- dimanche 11 juin 2023 

                                                                                                                                                            

- samedi et dimanche 24 et 25 juin 2023

48 ème Randonnée CAPIE

 

Les 25 et 26 Juin 2022

" En Cerdagne "

 

Balade et randonnée sur deux jours, transports en bus aller retour, hébergement à l'auberge de la Baliu 66 210 Les Angles

 

Inscription et réglement anticipé auprès de Michel Louette

Conteur historique Jean Pierre LAFONT.

 

RDV : Samedi 25/06 à 06h30 au Parking du Parnasse

Départ à 7h 

 

Par ce beau matin du samedi 25 juin nous nous retrouvons 38 sur le parking du Parnasse, prêts à embarquer dans un confortable bus rouge qui va nous transporter vers la Cerdagne pendant cette dernière sortie CAPIE de la saison. Nous partons pour 2 jours et c'est la 48ème balade que nous entreprenons ensemble: nous retrouvons avec joie nos inamovibles compagnons et nous sommes ravis d'accueillir de  nouveaux adeptes que nous tenterons de fidéliser pour la pérennité de notre club...
 
L'autoroute A9 va nous entraîner vers les Pyrénées et bientôt nous apercevons le majestueux Mont Canigou qui domine de ses 2800 m toute la Catalogne. Nous  faisons une première étape pour aller admirer de près l'originale forteresse de Salses, édifiée au  XVème siècle par le roi d'Aragon, alors possesseur du Roussillon...
Nous remontons ensuite la vallée de la Têt avec ses originaux villages perchés et nous faisons étape à Villefranche  de Conflent. Nous parcourons en touristes les 2 rues principales trés animées, de cette ville-forteresse construite sous Louis XIV par le célèbre Vauban. C'est le moment du pique-nique. Il est temps de regagner la gare car nous allons emprunter le mythique "petit train jaune" de Cerdagne ,qui remonte la vallées  étroite et pittoresque du Conflent jusqu'au col du Puymorens, à près  de 2000m d'altitude...Nous profitons pleinement du panorama car nous sommes installés dans le wagon sans toit, en plein air, et le train électrique grimpe lentement vers le plateau .Nous quittons, ravis, le "canari" pour récupérer notre car qui nous a précédés par la route. Une étape rapide ensuite pour découvrir l'austère cité fortifiée (encore) par Vauban et nous grimpons vers le Capcir, jusqu'à la station des Angles où nous nous installons pour la soirée dans le Centre d'accueil de la Bailu.Chacun va retrouver son âme d'enfant dans des coquettes chambres de 4 ou 5 lits (garçons et filles séparés!!!) avant de découvrir librement les environs jusqu'au repas du soir... et le lac de Matemale.  
Une veillée du style " colonie de vacances 1980 " va nous permettre de nous détendre, et de beaucoup rire, avant cette nuit en montagne, calme, (où il n'y a pas eu le "vidage de lits" traditionnel ..!)
 
A 8h15, dimanche, le car récupère  les valises,  nous conservons les sacs à dos, et nous partons dès le petit déjeuner achevé, pour la randonnée. Il s'agit de grimper jusqu'au lac des Bouillouses par le GR, en passant par le lac d'Aude puis de redescendre vers Bolquère où le car nous attendra. Normalement cela doit occuper 7h30 de marche...
Il fait très beau ce matin et la route qui grimpe vers le Pla delà Mir se prolonge par un chemin bordé de pins; nous longeons le parc animalier endormi, à part quelques biches....Les prés se succèdent, et la forêt. Tout le monde apprécie, l'odeur des genêts et des pins, la découverte de fleurs délicates, le silence, les panoramas furtifs vers le Mont Peyric. (2900m).Et pourtant le sentier grimpe, grimpe, et notre groupe s'étire....Et  puis, la récompense : des chevaux en liberté, des vaches paisibles, un gazon naturel et un délicieux petit lac aux eaux limpides dans une cuvette de verdure, c'est le lac d'Aude, la source du fleuve qui va voyager jusqu'à la mer près de Narbonne, en formant plusieurs lacs dont celui de Matemale.
Nous aimerions rester là, allongés, à rêver, mais il faut redescendre de l'autre côté. Le chemin est difficile, il faut chercher ses appuis, ne pas glisser... de plus, un raid pédestre emprunte notre itinéraire ce dimanche... on leur laisse le passage en les encourageant et en admirant leur adresse car ils courent, eux !!!
Quant à nous, les plus vaillants gambadent loin devant, et d'autres peinent... mais tout le monde parvient à la route. Nous avons 1h30 de retard sur les prévisions ...
Finalement nous atteignons le grand lac des Bouillouses vers 13h15.
Un peu fatigués, mais contents, il est temps de manger ... Nous  décidons alors, vu l'heure, vu les nuages gris qui encombrent le ciel bleu, vu l'appréhension d'affronter la descente sur Bolquière qui nous est inconnue, vu le retard pris, de changer nos plans : nous allons piqueniquer tranquillement, puis faire, pour certains une petite balade de l'autre côté du barrage, vers le sud, ou aller déguster un café, une bière ou une glace sur la terrasse accueillante du gite, puis utiliser les navettes gratuites de bus qui redescendent la petite route jusqu'au Pla de Barês où notre car nous rejoindra. Ce qui est plébiscité !!!
Et nous repartons pour NÎMES vers 16h.
Le voyage de retour se déroule gaiement dans les bavardages,et à 20 h nous regagnons le Parnasse ravis de notre week end, prêts à "remettre ça" à la première occasion .... 
 
Il ne nous reste plus qu'à remercier tout le monde, Frédéric, notre sympathique chauffeur, les organisateurs et surtout TOUS les participants qui ont fait preuve pendant TOUT le voyage d'une bonne humeur, et d'une solidarité REMARQUABLES et EXEMPLAIRES qui font chaud au coeur de TOUS !!!!
BONNES VACANCES,BEL ÉTÉ ET À TRÈS BIENTÔT !!!! 
 

44 eme Randonnée CAPIE

 

Le dimanche 6 mars 2022

" Les 3 châteaux : Aujargues, Villevieille, Sommières "

 

Avec de beaux paysages, de belles vues, des curiosités (pigeonnier, moulins à eau et à vent, ruines, SOMMIERES, vieilles rues, gare et pont romain, carrières de JUNAS...).

Tout cela sur des sentiers aisés et peu de dénivelé, pour un large public, boucle de 16 km, et dénivelé de 50m.

Pique-nique au château de Sommières.

Conteur historique Jean Pierre LAFONT.

Départ à 9h Parking Banque Populaire de Castanet.

Stationnement au parking municipal du cimetière de JUNAS (22 km de Nîmes)

 

Ce beau dimanche 6 mars 2022, nous nous regroupons sur le parking de Castanet.

Nous serons 31 aujourd'hui à partager quelques heures de plaisir en randonnant : nous retrouvons nos deux Mireille (celle de Nîmes et celle de Milhaud-Innsbruck), nos inconditionnels , et plusieurs nouveaux participants ce qui nous ravit, et qui conforte la pérennité de notre groupe.

 

Pour cette 44ème rando , nous avons décidé,  (c'est une première !) de reprendre un circuit déjà  effectué lors de notre 3ème sortie au printemps 2016 : en effet, notre groupe évoluant sans cesse depuis ses débuts a concerné plus de 100 participants et seuls 4 d'entre eux étaient présents ce jour-là. Or c’est une très agréable balade que nous appellerons "Des 3 châteaux " que nous proposons.

 

Nous partons vers la Vaunage et nous gagnons ,au bout de 21 km, le parking champêtre de JUNAS.

Le premier sentier va nous conduire (malgré une petite erreur du guide...) jusqu'au modeste château d'AUJARGUES qui fut brûlé à la Révolution avec tous ceux de la région, et qui est devenu une charmante et mystérieuse ferme en conservant fièrement sa façade aux deux tours rondes. Dommage que les superbes paons qui embellissaient sa cour , dans les années 1980 aient disparu. Nous nous rattraperons en admirant le superbe pigeonnier du XVIème siècle fièrement campé sur ses 4 piliers et qui nous permet d'évoquer cette coutume ancienne ,réservée aux nobles , de l'élevage des pigeons.

Le sentier va descendre alors vers les prés d'Aujargues verdoyants grâce au ruisseau des Corbières qui transforme ce vallon de garrigue en prairie normande agrémentée de multiples arbres. Un élevage de taureaux a malheureusement ruiné les adorables tapis de narcisses de notre jeunesse, mais le décor garde toujours son ambiance délicieuse et feutrée...

Nous nous retrouvons ensuite sur un chemin de garrigue qui grimpe jusqu'à VILLEVIELLE à travers un décor d'oliviers et de capitelles. Après un rapide coup d'œil vers les ruines d'une villa romaine exhumés récemment nous  pénétrons dans les remparts de la vieille cité pour aller admirer le vénérable château, le seul des environs qui n'ait pas subi les saccages de la Révolution car le propriétaire d'alors avait adhéré aux principes des philosophes du "siècle des lumières "...

Nous contemplons avec plaisir ce magnifique édifice avec ses 4 tours puissantes, ses échauguettes, sa terrasse ,sa cour et surtout le superbe panorama vers l'ouest qui nous offre ,au-delà de la vallée du Vidourle les crêtes Cévenoles et le singulier cône du Pic St Loup.

Nous longeons les remparts ouest ,ce qui nous amène au début d'un délicieux sentier perché aux milieu des pins et dominant toute la cité de SOMMIERES d'une centaine de mètres. Nous parvenons aux premières fortifications du château distant encore de 400 m.

Nous découvrons alors la puissante tour Bermonde au pied de laquelle il est temps de profiter d'une pause repas. Les tables et bancs, et quelques pins récemment abattus ont changé le décor de 2016,mais cela ne nous empêchera pas d'apprécier la vue vers le sud-ouest et le sud où le fringant château de Calès domine une plaisante campagne d'allure toscane, parsemée de cyprès ...

Nous contournons ensuite le puissant château des seigneurs de Sauve, les fameux Bermond, vassaux des Comtes de Toulouse, ce qui leur a valu la perte de leurs domaines au profit des rois de France, après la croisade des Albigeois...

Nous descendons dans la vieille ville par un dédale de rues moyenâgeuses qui nous conduit sur les rives du Vidourle. Le célèbre pont romain du 1er siècle, injustement appelé Tibère, est là, qui permettait à la Voie romaine Lutéva de relier NÎMES à Lodève puis TOULOUSE.

Ce pont avait alors 21 arches  SUR le fleuve mais les constructions au pied du château ont occupé, de part et d'autre , 15 arches, n'en laissant que 6 pour le passage de l'eau: c'est là, la cause des inondations catastrophiques de la cité qui interviennent cycliquement  tous les 50 ans depuis le XIIème siècle. Mais les habitants, qui nomment respectueusement VIDOURLE (et non "le Vidourle") leur fleuve local, ont appris à vivre avec ses caprices dûs aux fameux "épisodes cévenaux"...

Nous franchissons la porte fortifiée de l'horloge pour retrouver le tracé supérieur du pont envahi de maisons, puis nous descendons jusqu'à la fameuse place du Marché sous les arcades de laquelle nous retrouvons les arches à demi enfouies du pont romain.

La traversée des vieux quartiers nord, typiques avec leurs arcades inter-maisons ,nous emmène via le Temple, jusqu' à l'Epath de la Coustourelle. C'est la surprise du jour: allons-nous visiter la maison de retraite avec la Directrice?....non, nous allons simplement rejoindre la nouvelle voie verte inaugurée en juillet 2020 ,en prolongation de la v.v. Caveirac-gare de Sommières. C'est un merveilleux tunnel éclairé de plus de 400m qui nous accueille ,nous traversons la ville en souterrain ,sous le château...

Nous retrouvons la gare, qui fut très importante depuis le milieu du XIXème, avec son nœud ferroviaire conduisant en étoile vers toutes les destinations, mais hélas aujourd'hui abandonnée et transformée en hôtel. La voie verte reposante nous conduit jusqu'au moulin à eau de Corbières datant de 1482 ,remarquable par son grand bassin de retenue des eaux détournées du ruisseau voisin, qui a été judicieusement dégagé en 1997 par une association de bénévoles de Junas (145mX10X2..) puis c'est le moulin à vent au milieu des pins qui l'ont envahi et nous arrivons sur le site des fameuses carrières de JUNAS où 2000ans d'exploitation ont créé des formes étranges aux centre desquelles le festival de jazz estival officie depuis 1993.

Nous retrouvons les voitures après ces 17 km de parcours varié, facile et riche de découvertes. 

Belle journée du presque printemps ! Nous en connaîtrons d'autres !!

Jean Pierre LAFONT

 

43 eme Randonnée CAPIE

 

Le dimanche 6 février 2022

" Randonnée DE BEAUCAIRE à  COMPS en boucle par St ROMAN "

 

Nous reprenons une belle promenade faite en 2016 mais en modifiant le parcours.

Au programme: Château de Beaucaire, bords du Rhône, voie verte, Comps et les bords du Gardon avec l'échelle à poissons et les digues, les ruines de l'aqueduc des Arcades, la visite de l'abbaye troglodyte de St Roman, les vieilles rues de Beaucaire.

Le pique-nique sera pris sur le pic de l'Aiguille, avec le plus beau panorama 360 degrés de la région puis visite de St ROMAN

Circuit de 16 km, par des chemins faciles plats à 80% .

 

Participation supplémentaire exceptionnelle pour visite de groupe de l'abbaye troglodyte de St Roman, 5€.

Départ à 9H00 - Parking bus du Parnasse.

Conteur historique : Jean Pierre Lafont

 

Le dimanche  6 février 22 , à 9 h , nous quittons le parking du Parnasse , dans 6 voitures;nous sommes 25 fidèles de notre club "CAPIE" et nous avons toujours plaisir à nous retrouver pour cette 43 ème. balade mensuelle .

Direction Beaucaire où l'immense champ de foire sera notre parking, tout près du vénérable Casino.

Il fait très beau et les ruines majestueuses du château nous dominent augurant d'une belle journée de découverte. Nous pénétrons dans la vieille ville par un passage dans la digue qui nous évoque les multiples inondatio ns du Rhône voisi, et la petite grimpette qui nous mène à la porte historique de la forteresse nous met en forme rapidement.

Le fier château des Comtes de Toulouse, les Raymond,évoque la croisade contre les Albigeois,la rivalité du Languedoc et de la Provence,symbolisée par le face à face des 2 forteresses (avec le château de Tarascon) et l'annexion définitive de notre province au domaine royal de St Louis au début du XIIIème siècle. Il faut imaginer ,au milieu de ces ruines superbes ,les magnificence de jadis et l'histoire tragique de Raymond VI et de Simon de Montfort...Le grand donjon triangulaire ( rare..!),la chapelle St Louis,la tour ronde la  portion ouest des magnifiques remparts dont nous parcourons le chemin de ronde en admirant les points de vues  aériens, tout celà nous accompagne lors de cette rapide visite.

Il est temps de prendre le chemin de Comps en longeant la rive droite du Rhône. Deux kilomètres agréables bordés d'arbres et de calme;dommage que la proximité de l'île du Comté, qui partage en 2 le fleuve sur 3 km, nous empêche d'apprécier toute la majesté du Rhône qui mesure là près d'un km de large.Au loin,nous voyons le barrage de Vallabrègues, et le château d'eau sur la colline nous rappelle  que c'est là, depuis 1871,que Nîmes capte l'eau potable,à 16m de profondeur dans la nappe phréatique sous le fleuve...

Nous voici maintenant sur la Voie Verte qui relie depuis peu Beaucaire au Pont du Gard en utilisant le tracé de notre familière ligne  SNCF Tarascon -LeMartinet ( c'est la 12ème fois que nous l'empruntons dans nos balades...!).Le tunnel original (et originel) franchi, nous côtoyons l'ancien canal d'irrigation de Remoulins à Fourques,qui est hélas abandonné faute de budget pour son entretien, et nous voici dans le charmant village de Comps.

En boucle, nous allons observer d'abord l'étrange "échelle à poissons" sur le Gardon,qui permet aux aloses et aux lamproies de remonter frayer  dans la rivière, puis les charmants bords verdoyants de la rivière ( les "beaux rivages" de Florian...),le beau lavoir ovale et enfin l'insolite petite arène coincée entre la digue et les maisons avec sa route traversante (fermée éventuellement par 2 portes ) et ses 2 platanes SUR la piste...

Nous rejoignons le GR vers les collines. Au lieu -dit "les Arcades" nous constatons que cet original aqueduc de 15 arches qui portait la canalisation de l'eau du Rhône à  Nîmes, à disparu:en effet,depuis notre dernière balade ici en 2016 ,cinq arcades se sont effondrées et on a rasé les autres...! Il ne nous reste que des photos pour l'évoquer ...

Une rude grimpette nous amène au sommet  de l'aiguille, à 150m de haut,où l'extraordinaire panorama 360 degrés va être le décor de notre pique nique traditionnel.

Nous découvrons toute notre campagne jusqu'à Nîmes, une dizaine de villages,la Boucle du Rhône qui,depuis 1790 isole Vallabrègues de Comps ,sa commune, en ayant changé son tracé originel,la Montagnette, les Alpilles ,le Luberon,le Ventoux ,la SteVictoire,puis la mer...merveilleuse carte vivante ... mais le bouc assauvagi ,qui avait partagé notre repas en 2016 à disparu...

Il est temps de rejoindre sur une autre colline l'étrange abbaye trogloditique de St ROMAN,sculptée  dans le calcaire au 5ème siècle, lieu de dizaines de tombes dont les sarcophages, creusés dans le roc se côtoient en dominant le fleuve.Nous évoquons la légende du Drac beaucairois et de la Tarasque tarasconaise, monstres mythiques du Rhône, nous imaginons le trafic des multiples barques et bateaux à voiles qui encombraient le fleuve autrefois,au temps des fastueuse Foires de Beaucaire.

Et enfin cette coutume moyenâgeuse qui consistait à confier les barques-cercueuils aux caprices des courants pour qu'ils soient récupérés par les moines et enterrés dans des lieux saints en échange de la pièce de monnaie jointe...

Le GR nous conduit ensuite sur la Voie Verte  en direction de Beaucaire.Nous décidons, en fonction de l'heure avancée et aussi d'une petite fatigue avouée, de reporter la visite prévue de la Vieille Ville à une future balade et retournons au parking par les berges tranquilles du Rhône...

C'était une bonne rando,  nous avons effectué 19km environ dans la bonne humeur ,bravo à  tous, et particulièrement à Michel et à Bob qui ont eu le courage de nous accompagner, cette fois, malgré quelques petits problèmes de santé. 

 

42 eme Randonnée CAPIE

 

Le Dimanche 9 Janvier 2021

 

" Du Bois de Clausonne à Meynes, au Rucher troglodytique de Montagnac à Montfrin "

 

Randonnée du Bois de Clausonne à MEYNES au rucher troglodyte de Montagnac à MONFRIN.

Fontcluses , château de Monfrin, ruches originales, place Molière, bords du Gardon, cave du mammouth.... et une "perle" archéologique romaine ...

Circuit de 15.5  km, avec possibilités de prolonger le circuit de 2,5 km,

Difficulté : aucune, bons chemins, route voie cyclable.

Conteur historique Jean Pierre LAFONT.

 

Départ à 9H00 Parking bus du Parnasse.

Distance de  Nîmes 19 km. Parking à Meynes

 

Le 9 janvier, à 9h, nous nous retrouvons une quarantaine au départ du Parnasse pour notre 42 ème rando CAPIE.

Il fait frais mais beau .Direction Meynes, à 20km, où nous allons parcourir la campagne à la recherche de quelques curiosités plus ou moins inconnues de notre patrimoine gardois.

Du parking de la piscine de Meynes nous gagnons le centre du village en traversant la charmante place de la mairie et en remarquant au passage l'ancienne porte des remparts , (qui étaient circulaires) , et qui nous laisse entrevoir la petite église du XIIème .

Le GR 6 ,qui nous a déjà été familier ailleurs,va nous conduire,à travers vignes ,champs et bois jusqu'à une petite merveille : la source de Fontcluse.

Cette modeste source thermale ,riche en magnésium, sodium,soude,oxyde de fer et autres minéraux , a soigné jadis efficacement (en 735) les blessures des soldats francs de Charles Martel, victorieux des Sarrazins dans la plaine voisine de Fournés . Consacrée par Charlemagne en personne et aménagé en bassin circulaire, le site a accueilli au cours de l'histoire une théorie de personnages illustres : François 1er,Charles Quint, Simon de Montfort, la reine Margot,Louis XIII ( 4 fois !) Turenne, Mme de Maintenon ... Délaissé  ensuite au profit des grands sites thermaux français, ce lieu à été abandonné et actuellement il est presque étouffé dans une propriété privée, dans le virage de la route, ignoré, et sans aucune mise en valeur:c'est triste à constater ...

Nous gagnons ensuite, à travers prés, les bords du Gardon,en traversant un élevage d'une centaine de vaches, jusqu'au pont de Monfrin.

Ce charmant village est dominé par un superbe château  de style XVIIIème qui a fière allure avec ses multiples fenêtres et sa terrasse panoramique.

Il a accueilli la reine Margot et Louis XIII en cure, et les fêtes somptueuses données  en leur honneur sont restées dans la mémoire populaire.

 

Il appartient à la famille Servant Schreiber depuis 1925. Cette grande famille de journalistes parisiens (les Échos, l'express...) et Marie Claire S.S. y a vécu avec son second mari, Pierre Mendès France, premier ministre.

Après avoir escaladé la colline, nous découvrons l'entrée majestueuse du château, à l'arrière. De là nous gagnons la table d'orientation qui donne un demi panorama sur le secteur jusqu'aux collines de Beaucaire où nous distinguons nettement l'abbaye troglodyte de St Roman l'Aiguille .

Notre balade nous amène aux ruches de Montagnac ,insolite site,où 76 niches rectangulaires creusées à l'époque des Templiers de Monfrin dans la carrière de pierres du château en font le plus grand rucher troglodyte de France.

C'est ici que nous ferons la pause repas.

Nous redescendons vers le village pour évoquer la rencontre ,en 1643 de Jean Baptiste Poquelin ,qui faisait office de tapissier du roi Louis XIII,avec la belle Madeleine Béjart actrice de théâtre ...

Nous évoquons aussi la venue , en 1860 ,d'Alphonse Daudet,malade,qui a séjourné chez son cousin Reynaud, chasseur fanfaron et maladroit, avec lequel il fit un voyage en Algérie ( à la chasse au lion) , et qui lui inspira le personnage de Tartarin...

Sur les berges ombragées du Gardon nous évoquons aussi l'époque où Monfrin et Vallabrègues étaient voisines avant que le Rhône ne les sépare en changeant le tracé de son cours ...

Nous repassons le pont et le GR nous permet de rejoindre la Voie Verte .

Cette voie récente emprunte le tracé du mythique train Beaucaire - Le Martinet que nous avons souvent suivi dans de précédentes randos ...

Nous passons près de la Cave Coopérative Intercommunale où, depuis 2006, un vrai squelette de mammouth sibérien de 15000 ans décore le hall, mais la Cave est fermée le dimanche, nous reviendrons...

La voie nous ramène au parking,mais nous allons nous promener en une petite boucle, dans le fameux bois de Clausonne, le temps de s'egarer pour 7 d'entre nous (!).

Nous reprenons la route de Nîmes mais une dernière curiosité nous rassemble, près de Sernhac : lors de la construction de l'aqueduc d'Uzès à  Nîmes en 70, les romains, pour maintenir la pente naturelle de 20cm au km, devaient traverser l'étang de Clausonne. Mais il ne fallait pas souiller l'eau pure de la fontaine d'heure par des infiltrations de l'étang... Aussi les Romains décidèrent de vider l'étang par un drain souterrain,dont la pente INVERSE de celle de l'aqueduc, amènerait l'eau vers le Gardon, distant de 2km.Ils creusèrent donc une tranchée unique de 6m de fond où les 2 conduits parallèles cohabitèrent .

Lors de l'installation de la ligne de chemin de fer les travaux de tranchée mirent à jour la coupe des 2 conduits dans le talus, que nous pouvons admirer avec un plaisir rare, car il y a peu de vestiges aussi bien conservés. 

Les concrétions calcaires de l'eau pour Nîmes contrastent avec la netteté du drain de l'étang ...

Il est temps de retourner à Nîmes car la nuit est proche en cette période. 

 

Jean Pierre LAFONT

41 eme Randonnée CAPIE

 

Le Dimanche 5 Décembre 2021

 

« A la découverte des vestiges cachés de l'aqueduc romain, près du pont du gard »

 

Les ponts du bois de Remoulins, arches de Valive, de Pont Roi et de Valone, le vieux village moyenâgeux de Remoulins....

Conteur historique Jean Pierre LAFONT.

 

Circuit de 14 km, sur sentiers et chemins de garrigue, en boucle, sans aller-retour.

Un passage délicat la Combe de Roussière .

Difficulté : dénivelé de 300m.

Distance : Nîmes-Remoulins 20 km.

 

Dimanche 5 décembre nous nous retrouvons à 18 sur le parking du Parnasse.Il fait frais mais le ciel est dégagé :bonnes conditions pour une balade à proximité, car nous prenons la direction de Remoulins.

Le thème du jour est la découverte des traces peu connues de l'aqueduc Nîmois dont le parcours à travers les garrigues révèle quelques beaux vestiges.

Nous nous garons en face du pont de Remoulins,rive droite,et nous longeons l'agréable route bordée  de platanes,qui depuis 20 ans est en cul de sac ,car l'accès routier au Pont du Gard est supprimé. 

 Nous pénétrons ensuite dans le Bois ,sur la gauche,et après 500m nous découvrons le premier vestige, le pont de la Sartanette,qui permettait à l'aqueduc de franchir le vallon en maintenant la pente (qui êtait de 25cm/km sur 50km de parcours). Cet ouvrage d'art recouvert de belles briques de calcaires a plus de 2000 ans,il a été consolidé et surélevé  au 2ème siècle et restauré "à la façon romaine" en 2005 pour nous témoigner judicieusement de son aspect primitif.

L'aqueduc franchissait 11 vallons parallèles  sur 2 km avec 7 autres ponts,tous différents,perdus dans cette garrigue difficile d'accès, et nous nous limiterons aux 3 premiers dans le cadre de notre rando de 15km.

Nous accédons au niveau du tablier pour découvrir le canal toujours en place: 130cm de large, mais  nous constatons que 2 épaisses couches de calcaires ont été déposées par les eaux pendant les 300 années de fonctionnements sur chaque côté.  En effet, la Fontaine d'Eure, à Uzès, avait été choisie pour sa pérennité  et sa pureté  mais elle contient beaucoup de carbonate de calcium et ce dépôt atteint plus de 2 tonnes au mètre ! Par contre, il nous renseigne sur la vie de l'aqueduc car les différentes couches superposées correspondent aux arrêts accidentels du débit et il a été "décollé" sur plusieurs tronçons à partir du 5ème siècle, pour servir à la construction des maisons voisines, ce qui est visible en particulier sur l'église romane de St Bonnet.

Nous franchissons le pont à  la queue leu leu et nous suivons le tracé du canal par un délicieux sentier , en remarquant tous les indices qui subsistent  en particulier lorsque le rocher à été entaillé en U ou en L... Une superbe vue sur le Pont du Gard nous ravit au détour du chemin puis nous voici au bord du profond ravin de Fon Roussière : là l'aqueduc franchissait le vallon sur un pont à 2 étages d'arcades de 100m sur 25m de haut. Ce devait être un superbe ouvrage d'art mais il a dû s'écrouler et la proximité de la route à été fatale aux beaux  blocs de  calcaire coquillier qui ont été volés au cours des siècles... Nous descendons (difficilement) en bas du ravin pour remonter en face et continuer notre périple jusqu'au pont suivant de Valmale.Celui -ci présente 2 belles piles mais la voûte est absente .

Plus loin, un tunnel percé la colline,mais il n'est pas romain ,il date du XIXème siècle, car le projet du Pouzin prévoyait d'amener l'eau du Rhône, captée dans l'Ardèche, jusqu'à Nîmes via le Pont du Gard.

Ce projet a avorté mais quelques rares vestiges demeurent aussi pres de Nîmes...

Enfin nous touchons le magnifique Pont que nous allons franchir par l'ex pont routier ( qui date du XVIII ème siècle) qui avait permis de supprimer les horribles entailles  creusées au XVI ème dans tous les piliers du 2 ème étage pour le passage des convois...

Sur la crête rive gauche , face au Pont , nous allons faire la pause repas en signalant à nos nouveaux amis du club que nous avons déjà séjourné ici il y a 5 ans lors de notre 2ème rando. 

Nous poursuivons notre découverte vers le nord ouest ,par le GR 6 qui nous fait découvrir les 51 arcades plus ou moins ruinées de Valide où l'aqueduc dominait à 4 ou 5 m.. Ensuite les 37 arcades de Pont Rou mieux conservées , d'où d'énormes amas de calcaire accolés témoignent de prises d'eau  illicites par les paysans voisins . Nous parvenons au col de Fon Menestrière où le canal devait franchir une dépression importante : il y avait là un superbe ouvrage de 250m de long sur18 de hauteur avec 2 étages d'arcade,mais seules les assises des premières arches sont visibles car le pont ,qui reposait sur des terrains argileux,  s'est effondré et les pierres ont été volées pour les constructions des 2 villages voisins.Nous traversons la route d'Uzès et pénétrons dans le bois pour découvrir les 41 arcades de la Lône alignées  .

Nous abandonnons ensuite le tracé de notre aqueduc qui file en direction de Vers pour couper le bois de Castillon. Nous évoquons l'histoire du fameux Dépôt de 48000 tonnes d'explosifs allemands qui y furent entreposés pendant la guerre au risque de détruire les 2 villages et le Pont ...

 

Il ne nous reste plus qu'à parachever notre circuit en longeant la ligne sncf désaffectée de Beaucaire aux mines Cévenoles que nous avons souvent croisée dans nos balades. Puis à découvrir le vieux village de Remoulins avec ses remparts et tours de calcaire ocre et son vieux clocher à peigne.

 

C'était notre 41ème rando.

 

A l'arrivée au parking Anne (c'était son anniversaire) et Michel nous ont proposé un petit goûter fort apprécié par tous.Merci au nom de tous,merci à tous les participants !!! 

 

A l'an qué vin ...

Jean  pierre LAFONT

38 eme Randonnée CAPIE

 

Dimanche 17 Octobre 2021

 

« Randonnée Balade autour de Souvignargues»

 

Randonnée de Souvignargues, Villevielle, le Château de Pondres , le site néolithique de Fontbouisse
Conteur historique Jean Pierre LAFONT

dénivelé 260m

 

Distance 16 km (possibilité d'allonger selon les circonstances, par Escattes)
Rendez-vous route de Sauve parking Banque Populaire de Castanet  à 9H00. 
 

 

CA Y EST, ENFIN !!!

 

Après des mois de contrariétés nous pouvons enfin vaincre le covid et le mauvais temps !

 

Nous nous retrouvons à 27  sur le parking de Castanet par une fraîche mais radieuse matinée d'automne. Beaucoup d'absents,mais de nouveaux camarades de rando,ce qui montre la vitalité de notre club, qui compte plus de 120 participants éventuels depuis 2016 et 38 sorties variées. 

Par la route de Sauve, nous gagnons le petit village de Souvignargues où les voitures nous attendront à l'ombre de la cave coopérative. Direction un petit chemin goudronné qui descend à travers les vignes vers la route d'Aujargues que nous coupons pour retrouver un agréable sentier sous bois.

Nous grimpons ensuite dans les pins jusqu 'à Villevielle. Les vestiges d'une villa romaine nous permettent d'imaginer l'organisation de ce grand logis autour de son atrium.Nous penétrons après dans les remparts de la vieille cité pour parvenir au superbe panorama sur les Cévennes et surtout Le Pic St Loup. Le château, qui appartient depuis le Seizième siècle à  la même famille Beauregard, qui en prend soin, a fière allure sur le coin du plateau ...

Nous dévalons le sentier du Fer à cheval pour nous retrouver dans la plaine. L'ancien lavoir rénové avec soin , mais qui n'est plus utilisé comme tel, nous accueillera pour un agréable pique nique sur les  pelouses et les margelles, où nous nous attardons avec paisir avec une révision ludique (j'espère..) du patois de Nîmes ("on ne dit pas....mais").

Nous reprenons notre balade jusqu'au hameau de Pondres. Nous découvrons d'abord, dans le bois une belle ruine romantique, c'est l'ancien pigeonnier du Château dont nous évoquons le symbole au temps des Nobles,et nous arrivons au château de Pondres lui-même. Ils est difficile d'en imaginer l'importance car nous sommes sur le côté, mais nous obtenons  l'autorisation de le traverser pour rejoindre le vaste parc.Là ,nous sommes séduits par la majesté de la façade, l'impression de "petit Versailles" de l'ensemble du domaine, tranquille en automne, car c'est en réalité un ensemble hôtelier de luxe depuis sa rénovation depuis une dizaine d'années .

Nous quittons à regret ce magnifique site, qui se prolonge par un "village des Seniors" moderne flanqué, en pleine campagne,d'une Maison Médicale  et d'un insolite supermarché (qui a remplacé celui de Sommieres inondé en 2002).

Nous rejoignons les bois et , au niveau d'une sympathique ferme,nous évoquons le site proche de Fonbouysse, où on a découvert récemment un habitat néolithique qui fait référence parmi les savants du monde entier, mais l'accès n'est pas public et nous nous contenterons de photos ...

Le sentier nous ramène à  Souvignargues où ,après avoir découvert  la "circulade" de l'ancien village, nous allons découvrir les ruines de la petite chapelle St André  ...

Ils nous restera à rejoindre les autos à la Cave, ravis de cette charmante journée de retrouvailles et de balade curieuse ...

 

Jean Pierre LAFOND

 

Randonnée "Nimes insolite" CAPIdu Mercredi 23 Septembre 2021

36eme Randonnée CAPIE

 

Dimanche 18 Octobre 2020

 

« D'un Château à l'autre,

d'Arpaillargues à Montaren,

par le Serre d'Aureillan et la Seyne »

 

Chemins faciles, Dénivelé 70m, Parcours champêtre, distance 16 km

Conteur Historique : Jean Pierre Lafont

Départ randonnée : parking municipal face à la pharmacie, à la sortie d'Arpaillargues

 

Dimanche 18 octobre, nous nous retrouvons avec plaisir sur le parking Super U de la route d'Alès.

Nous sommes une bonne quarantaine, il fait beau. Départ pour l'Uzège par Dions et Bourdic, jusqu'à 

Arpaillargues ou le parking communal accueille les 13 voitures pour la journée. 

Nous allons effectuer un circuit de 16 km entre ce village et Montaren.

Première halte devant le Château d'Agoult dont nous évoquons les origines,depuis la villa romaine

d'Arpilius, puis les multiples reconstructions,l'annexion par le roi pendant la croisade des Albigeois, l'incendie par les Tuchins et enfin la rénovation par la famille d'Agoult, au XVIII ème, propriétaire 

pendant 180 ans. La marquise d'Agoult servit de modèle pour Laclos dans les "Liaisons Dangereuses" (Mme de Merteuil) ainsi que la famille Bargeton, apparentée, dans les "Illusions Perdues" de Balzac.

Marie de Flavigny, fut l'égérie de Litz et leur fille, Cosima, épousa Wagner. Enfin le château fut racheté par F. Nourissier de l'Académie Goncourt avant d'être transformé en hôtel de luxe, actuellement.

Nous empruntons ensuite une agréable petite route qui nous  conduit par les coteaux jusqu'à 

Aureillac où fut découverte, en 1970 une statue romaine du dieu Priape (exposée à  la mairie).

Nous évoquons le paysan-Poète Alfred Méric qui y vécut au début du XXème siècle et nous sommes

surpris par l'ancienne chapelle transformée judicieusement en maison d'habitation...

Il est temps de prendre la direction du Serre d'Aureilhac, colline boisée  au sommet de laquelle

nous profiterons pleinement de la pause-repas.

Nous plongeons ensuite vers la plaine des Seynes, petite rivière locale bordée d'une riche végétation, tout en admirant le village de Serviers qui s'étale joliement sur les coteaux. Le village de Montaren

nous accueille avec son étrange château plusieurs fois modifié, au plan indéfinissable parmi les 

étroites ruelles, mais superbe toutefois avec ses machicoulis et son échauguette octogonale.

Nous quittons le village par une petite route qui emprunte l'ancien tracé de la ligne SNCF de 1880,

reliant Beaucaire au Martinet par Uzès. Après avoir côtoyé deux superbes mas équestres et un majestueux chêne vert rescapé de notre belle forêt originelle, nous passons sous un beau pont SNCF qui supportait une autre ligne, dérivée de la précédente en 1888, qui reliait Uzès à Nozières Brignon jusqu'en 1940. Elle permettait aux habitants de l'Uzège de rallier Nîmes, les Cévennes et Paris ...

Voici un romantique petit pont sur les Seynes, une belle capitelle et un adorable lavoir communal

pour clôturer notre circuit, nous rejoignons Arpaillargues.

Belle journée d'automne ...

35 eme Randonnée CAPIE

 

Dimanche 27 Septembre 2020

 

« Remontons le Canal de la Gardonenque »

 

Via Moussac, Boucoiran, Nozières

Château de Cabrières, et Tour Colombi

Utilisation du Canal, moulins, Usine Carénou

Historique de la N106

 

Randonnée de 14 à 15 km

Sans difficulté

Conteur Historique : Jean Pierre Lafont

 

Trajet : à 19km de Nîmes

 

Le dimanche 27 septembre 2020 ,nous nous retrouvons enfin, après une année très perturbée, sur notre parking de rendez-vous de Castanet...Une trentaine de participants, des absents , mais de nouveaux adeptes , constitue notre groupe sympathique et heureux de pouvoir enfin reprendre nos balades mensuelles...

 

Aujourd'hui nous allons tout près de Nîmes, à Moussac,sur les territoires de jeunesse de notre guide.

Sitôt les voitures garées près des tennis,nous franchissons la passerelle du Gardon ,qui a remplacé le vieux pour de bois vétuste en 1980. Nous entrevoyons l'embouchure de la mystérieuse Droude et le pont neuf de Brignon au loin.La retenue d'eau locale nous trompe sur le débit réel du Gardon,qui est pratiquement à  sec dans cette zone pendant de nombreux mois ,la rivière ayant un système de cours souterrain de Ners à la Baume...

Nous longeons le terrain de foot ,une belle vue de Moussac ,perché avec sa tour carrée, nous accueille et nous découvrons le petit canal de la Gardonnenque prés de son confluent avec le Gardon.

Ce canal à  été financé au XVI ème siècle par le marquis  de Calvières, seigneur de Boucoiran,pour irriguer les terres fertiles de Ners( ou il capte les dernières eaux de surface du Gardon ),jusqu'à Moussac , sur 8km.Outre l'irrigation ce canal alimenta ensuite 2 moulins,une corderie,le réservoir de réserve pour les locomotives à vapeur de la gare de Nozières et l'usine de réglisse CAR.Le canal franchi,nous voici dans la surprenante "forêt-galerie" qui encadre les berges du Gardon jusqu'au Pont du Gard,au milieu des grands peupliers,des fourrés et des lianes prolifiques sur cette zone humide.

Nous quittons ce lieu pour passer sous le pont neuf(mais laid!) et offre la vue de Brignon et de sa colline de Brienne oû une villa romaine a laissé de multiples vestiges.Nous évoquons les multiples Gardonnades qui ont ravagé la Gardonnenque ( 172 recensées depuis le XIIème siecle) et en particulier celle de 1958 ( 18 noyés ) et de 2002 ou le débit de la rivière dépassait celui du Rhin.Puis nous retrouvons notre canal qui serpente dans les fourrés car il n'y a plus autant de jardiniers que jadis pour en nettoyer les rives.Nous observons les poissons qui le peuplent depuis toujours essentiellement des chevesnes,appelés ici "cabots" ou "arestous" ,actuellement dedaignés par les cuisinières,ce qui n'a pas toujours été le cas...

Nous nous retrouvons ensuite dans les champs  du quartier appelé "l'ILe" ,entre Gardon et canal ,oû la vue  dégagée nous permet d'admirer la ligne lointaine des Cévennes ,le beau village perché de Vézenobres et la fière tour  de Boucoiran au pied de la haute colline boisée du Grand Ranc.

Nous évoquons en ces lieu la fastueuse fête de la Fédération qui y réunit 12000 Gardes Nationaux

des villages alentours en décembre 1789,mais aussi le fastueux passage de Louis XIII avec Richelieu et l'armée royale de12000 hommes après la signature de la paix d'Alès en 1629...

Nous passons sous la bruyante autoroute ,qui a soulagé la vieille nationale 106 depuis 25 ans( la mythique Voie Regordane ) et retrouvons le canal joliment agrémenté de potagers bien entretenus.

Boucoiran nous accueille et nous rejoignons le moulin Bouet pour un agréable pique nique traditionnel.

 

Il est temps de rejoindre le sommet du village,en longeant la voie ferrée ,pour découvrir la chapelle du château encastrée dans le rempart moyenâgeux. À côté, la haute tour de 40m,ancien donjon,nous domine fièrement. Elle est intacte,date du 12ème siècle, et à servi de fabrique de plombs de chasse pendant 63 ans,après avoir été aménagée par Giacomo Colombi en 1947. Le château s'étend sur 75m dans le village oû nous découvrons une porte fortifiée et des rues sinueuses,avant d'admirer un phénomène unique: la voie ferrée Nîmes-Paris (construite en 1840) passe SOUS la mairie !!

 

 Après la longue traversée du village,hors remparts,via l'école, l'ancienne gendarmerie,l'ancienne poste, la gare( il y en a 3 sur la commune),le temple,le 2ème moulin ruiné, nous voici devant l'élégante cave coopérative de 1948 ,hélas désaffectée, mais transformée judicieusement en plusieurs appartements coquets.Après le passage â niveau nous voici dans les vignes.Avant d'emprunter le chemin de Nozières nous remarquons le garage Moine oû des centaines de DS Citroën ont été récupérées par le propriétaire passionné depuis 1962 (voir la vue sur Maps...) pour la revente de pièces détachées dans toute l'Europe.

Le petit hameau de Nozières les Bois nous propose la ruine de la chapelle romane transformée en hangar et la route nous amène à la gare de Nozières-Brignon, célèbre tristement pour l'accident ferroviaire de 1957 et gaiement pour son ancienne guinguette voisine qui attirait,par les trains,les jeunesses alésiennes et nîmoises dans les années 50.

Nous rejoignons alors Moussac en longeant l'arrière de l'ancienne usine de réglisse CAR,qui employa jusqu'à 300 ouvriers de 1870 à 1970,avant de péricliter,à la suite des terribles inondations du Gardon de septembre 1958 (elle fut rachetée par ZAN puis par RIQLÈS, puis par HARIBO). Nous apercevons, à l'arrière de la haute cheminée d'usine ,hélas tronquée maintenant,les 2 superbes petits châteaux construits par les frères Carénou ,de Nîmes propriétaires de la fabrique. Un des châteaux à été transformé en 1951 en Collège intercommunal avec son splendide parc de 4 hectares.

La pluie vient alors précipiter notre retour aux voitures,mais c'était toutefois une première balade agréable...

34 eme Randonnée CAPIE

 

Dimanche 28 juin 2020

 

« L’Ermitage de COLLIAS»

 

la ville de Collias, l’Ermitage, la chapelle de notre Dame de Laval

le calvaire, Mas de Laval, la garrigue, la Torte.

 

Randonnée de 14 km,

Sans difficulté, sauf la montée de l’Ermitage au plateau escalier naturel.

Dénivelé : 209m .

33 eme Randonnée CAPIE

 

Le dimanche 12 janvier 2020

"Chusclan, Marcoule"

 

Château de Gicon, chapelle Ste Madeleine, château de Jonquier, Belvédère de la dent de Marcoule

 

Randonnée de 14 km

Difficulté : moyenne (2 montées 2 descentes chemins larges)

Départ : parking à Chusclan

 
Pour ce 1er dimanche de rando en 2020, il fait très beau; nous nous retrouvons 22 au Parnasse et nous prenons la route pour Chusclan où nous arrivons vers 10h.
 
Une petite route forestière nous fait grimper, au milieu des pins, jusqu'au château de Gicon, perché fièrement sur son rocher. Les ruines ont été superbement restaurées grâce à la généreuse initiative des viticulteurs de la cave coopérative du village.
 
Nous ne sommes pas seuls !  Le hasard du calendrier fait coïncider la grande sortie annuelle des promeneurs locaux ( plus de 250 !!!) avec notre propre rando...et les belles ruines sont encombrées de pique niqueurs.
 
Nous effectuons toutefois la visite ,avec les panoramas superbes vers le Rhône et vers la Cèze,
la visite de la petite grotte des druides et la visite rapide des pièces restaurées du logis seigneurial.
 
Nous apercevons, outre notre Mont Ventoux, les sommets neigeux des Alpes...
 
Pour apprécier plus calmement le site,nous décidons d'aller nous installer non loin de là, près de la chapelle Ste Madeleine où nous trouvons une aire accueillante et ensoleillée ou nous passons une heure agréable à nous restaurer et nous reposer.
 
Nous repartons ensuite ,après avoir admiré l'intérieur restauré de la petite chapelle du XIIème ,qui, bien que démuni de mobilier,est touchant de grâce alors que l'extérieur est fade...
 
Nous traversons alors les vignes et les landes vers l'est.
 
Le surprenant château de la Jonquière nous apparait sur une colline avec sa chapelle,mais on ne peut l'approcher,il est privé et habité. 
 
Le chemin monte ensuite dans la garrigue et nous arrivons au sommet de la Dent de Marcoule où un panorama exceptionnel nous fait dominer le Rhône et sa vallée ,le château de Mornas,les
Alpilles, mais surtout, vers le sud, le site de Marcoule. Un petit rappel historique nous renseigne sur les activités actuelles de ce centre atomique, qui ne produit plus de l'électricité, mais qui retraite les déchets radioactifs (plutonium) et expérimente de nouvelles techniques.
 
Nous dominons aussi Laudun, son célèbre plateau du Camp de César et son triste Camp de l'Ardoise qui a servi de prison, puis de logis aux Harquis après la guerre d'Algérie. 
 
Il est temps de s'arracher à cette belle vue panoramique pour rejoindre Chusclan, car le soir tombe vite en janvier, et une sympathique petite route nous conduit en descente vers les autos.
 
Belle journée de grand air, nous sommes ravis.
 

32 eme Randonnée CAPIE

 

Le dimanche 15 décembre 2019

"Calvisson et la Vaunage"

 

Balade "classique", adaptée à  la saison, avec le Roc de Gachone

(les 3 moulins, les ruines du château, le panorama), la source du Coucou,

la tour de guet de la Liquière DFCI ...

la campagne de la Vaunage ...

Randonnée de 16 km.

Difficulté : moyenne (2 collines)

Départ :parking au jeu de boules de Calvisson.

 

31 eme Randonnée CAPIE

 

Dimanche 17 Novembre 2019

"Castries, son château et son aqueduc"

 

L'aqueduc de Riquet sur 6km,

le château du XVIIème et son parc (visite impossible ),

le pont des Tourilles, la chapelle Capelette, le domaine de loisirs de Fondespierre, la carrière...les pins...

Randonnée de 15 km.

Difficultés : aucune

 

Par ce frais dimanche d'automne nous nous retrouvons avec plaisir à 9h, sur le parking de Castanet.

 

Michel inscrit nos 32 noms et nous voici partis par la Vaunage, direction Sommières...

 

Après 40 km agréables, la traversée de 8 villages et un superbe panorama sur les CÉVENNES et le Pic St Loup, nous arrivons au domaine de FONDESPIERRE où nous abandonnons les 8 voitures.

 

Un charmant chemin parmi les pins, les platanes et les vignes, nous conduit vers la garrigue et nous découvrons, au ras du sol une suite ininterrompue de petites dalles, bien dégagée parmi les kermès : il s'agit de l'aqueduc de Castries, que nous allons longer toute la journée. 

 

Pour le moment, nous l'abandonnons ,car une insolite petite chapelle, la Capelette ,nous intrigue en ce lieu : elle est le témoignage de reconnaissance d'un couple épargné par la foudre jadis...

 

Une belle vue sur Castries et son fier château nous ravit ensuite ainsi que la première vision des célèbres  arcades de l'aqueduc, au loin.

 

Enfin nous côtoyons ce fameux aqueduc. Il a été construit en 1670 pour alimenter en eau les jardins du château magnifiquement réalisés par le célèbre Le Notre (celui de Versailles). Les plans de ce bel ouvrage sont du non moins célèbre Riquet (celui du Canal du Midi).Il mesure 6822m, pour amener l'eau de la source de la rivière Cadoule avec un dénivelé de seulement 3 m !!! Et surtout, du fait de son utilisation et de son entretien permanent jusquau XXIème siècle, il est intégralement intact.

 

En compagnie de l'aqueduc qui ondule à nos côtés, nous arrivons au village. Une imposante église mais le château ("le petit Versailles") est encore plus majestueux : il a été construit par René Gaspard de la Croix de Castries en 1670 ,sur les ruines du château féodal rasé par le duc de Rohan en 1622 lors des guerres de religion. Le roi Louis XIV et la marquise de Sévigné y ont séjourné... Mais il est actuellement en travaux et nous ne pouvons qu'entrevoir les fameux jardins à travers la grille car ils ne sont ouverts au public qu'en été. 

 

Nous retrouvons ensuite notre aqueduc qui nous guide jusqu'au lieu du pique-nique,à 1km de là, sous les plus hautes arcades qui nous dominent majestueusement de 20 mètres. C'est un bon moment de détente au soleil, au calme, parmi les pins.

 

Nous repartons ensuite,en suivant le tracé de l'aqueduc enterré sous ses dalles,qui serpente dans la campagne au gré des courbes de niveau. Un travail magnifique de débrousaillement a été effectué par une association locale de bénévoles amoureux de leur patrimoine et nous les en remercions car nous pouvons ainsi profiter de ces émouvants vestiges.

 

Nous en quittons le tracé pour rejoindre le pont des Tourilles qui nous propose son unique arche sur la Cadoule,seule rescapée des 3 originelles construites par les Templiers au XXIIème siècle.

 

Le sentier nous ramène alors vers Castries puis vers Fondespierre,vers 16h. Il commence à faire un peu frais et les voitures sont les bienvenues.

 

Un regret : nous aurions pu faire un détour par les ruines de la commanderie des Templiers, par les carrières, par la source de la Cadoule ... il aurait fallu 2 h de plus.

30 eme Randonnée CAPIE

 

Dimanche 13 octobre 2019 

"Fournès"

Randonnée de 16 km

Difficultés: aucune

 

 

29 eme Randonnée CAPIE

 

Dimanche 6 Octobre 2019 

"Les gorges du Gardon 2"

La Baume, les moulins, Collias

 

Randonnée de 18 km

Difficulté : moyenne

 

Le dimanche 6 octobre 2019 , à 9h,nous nous retrouvons 28 sur le parking de Castanet, pour la première sortie de la saison 2019/2020, heureux de nous revoir après un été caniculaire...

 

La sortie a été reportée depuis les risques d'orage prévus le 22 septembre, pour la 3ème fois depuis l'an passé ... Nous allons enfin, par un temps radieux, pouvoir compléter notre connaissance des Gorges du Gardon entamée en septembre 2017 avec Dions-Pont StNicolas ... Beau, mais chaud souvenir ...

 

Nous empruntons donc la route de Dions et obliquons sur Sanilhac, à 20km, pour nous poser sur la place de l'église. Nous allons faire une boucle de 18 km en garrigue jusqu'à Collias en longeant le Gardon vers l'aval.

Un large chemin nous conduit d'abord sur les collines, nous le quittons pour descendre par un ravissant sentier sur la droite qui nous rapproche progressivement de la rivière. Et c'est le délicieux panorama de La Baume qui surgit devant nos yeux éblouis, surtout pour ceux (majoritaires) qui ne connaissaient pas ce lieu incontournable de notre région. Un petit historique s'impose pour mieux comprendre l'intérêt complet du site. Le Gardon, à sec tout l'été sur 25 km (cours souterrain), retrouve ici l'air libre, grâce à des résurgences importantes et pérennes d'eaux fraîches (les boulidous) qui procurent une fraîcheur favorable au foisonnement de la forêt-galerie. La limpidité de l'eau filtrée a longtemps favorisé la présence de poissons rares tels que les (grosses) truites, les lamproies marines, les huchons et les aloses, mais a aussi attiré des générations de Nîmois en quête de baignades naturelles. Les multiples grottes formées par le creusement des gorges ont abrité depuis des milliers d'années les premiers humains et certains fauves.La présence d'un gué a favorisé, depuis toujours, le passage d'un chemin transversal de Poulx à Sanilhac.

Sur la rive opposée des ruines attestent la présence d'un étonnant hôtel, " le Chalet ", qui fut construit vers 1900 par un riche commerçant Nîmois pour recevoir une clientelle bourgeoise avide de discrétion et de nature. Une route fut spécialement construite pour y amener les belles Torpédos depuis Poulx avec les élégantes en robes "charleston" pour y faire la fête...Celà jusqu'en 1941...

Cette route, abandonnée, fut utilisée en 1952 pour le tournage du célèbre film de Clouzot "le salaire de la peur" et le vallon garda juqu'en 1992 la carcasse du camion accidenté de Yves Montand ...

 

Nous continuons notre marche pour découvrir les deux moulins ruinés dont l'un, en forme de barque renversée, etait volontairement submersible pour résister aux inondations.

Et nous nous trouvons sous le site de la Baume St Vérédème qui domine le Gardon. Un escalier nous y conduit : c'est là que vécut 20 ans, au début du 8ème siècle, un ermite grec, Vérédème,qui avait des dons de guérisseur et le pouvoir de faire pleuvoir. Il accueillit pendant deux ans un autre ermite grec , Gilles, futur Saint également ; ils construisirent ensemble la première  chapelle (l'actuelle date du XIeme siècle). Puis, Vérédème reprit la route et devint évêque d'Avignon ...

Un pèlerinage annuel fut instauré ici, pour solliciter la pluie, jusqu'en 1962 ; et les escaliers, puis le passage jusqu'à la 2ème grotte furent aménagés à cette intention en 1864.

Puis nous pénétrons dans la grotte-couloir, un coude de 120m, occupée par l'homme de Néanderthal

où des fouilles ont permis de retrouver des vestiges importants (os et céramiques) visibles au musée de Nîmes.  

Le silence et l'obscurité des lieux donnent une bizarre impression d'oppression vite chassée par le soleil de la sortie, à l'opposé de la chapelle.

 

Et voici le sentier sableux et ombragé qui longe la rive et va nous amener sur les rochers vides actuellement des baigneurs estivaux et des canoëtistes multicolores. Les parois élevées des gorges nous révèlent de nombreuses cavités parmi les roches calcaires colorées et l'oppidum grec du Castre nous domine ...

 

C'est là que nous allons faire une longue pause "pique-nique" tout au bord de l'eau profonde, assis dans les "marmites " rocheuses sous le doux soleil automnal...

 

Nous repartons ensuite vers Collias en admirant au passage les cordées de la zone d'escalade aménagée. La grotte de Pâques avec sa grille protectrice nous permet d'évoquer l'abbé Bayol qui en 

découvrit les peintures rupestres. Nous voici à Collias la Grecque ("Collias" vient de Kolias= Aphrodite ) charmant village qui fut prospère au temps des vers à soie puis des oliviers (la Picholine a été "créée  ici par les frères Picolini, italiens, au XVIIème) et des cerisiers. Collias était le lieu de vacances d'été de 

nombreux Nîmois au début du XXème.

Nous traversons le village par l'église pour rejoindre le GR qui nous remonte sur le plateau dominant le Gardon au nord. Une superbe vue plongeante sur les gorges, le site de Collias et son pont, nous permet de revoir notre récent périple sous un angle différent. La vue panoramique vers les Cévennes, 

l'Uzège, l'Ardèche et le Vaucluse nous permet de réviser nos randos passées.Puis un large chemin confortable assurera notre retour vers Sanilhac, après cette belle balade ...

 

 

 

 

28 eme Randonnée CAPIE

 

Samedi 15 Juin  &  Dimanche 16 juin 2019

"Les Cévennes : Notre Dame des Neiges - La Garde Guérin"

 

 

Randonnée de 4 km + 22 km, sur 2 jours

Hébergement à l'Abbaye de Notre Dame des Neiges

 

 

Nous sommes 18 à nous retrouver à 15h ,ce samedi 15 juin, sur le parking de la gare de La Bastide en Lozère. Le trajet depuis Nîmes a été effectué sous un ciel couvert, avec des averses violentes et de la grêle fondue sur la route, mais celà n'altère pas notre optimisme car la météo nous promet un beau temps pour le dimanche.

Effectivement, le soleil est au rendez-vous lorsque nous prenons le GR en direction de la Trappe. Un superbe sentier forestier, puis des prés verts bordés de fleurs, un parfum pénétrant de genêts, une ferme avec ses chevaux, vaches, chèvres et oies, tout celà nous plonge dans une ambiance de vacances estivales ... Puis c'est la découverte des bâtiments de l'abbaye de Notre Dame des Neiges, hâvre de sérénité dans son écrin boisé. 

Nous sommes accueillis pour une nuit par les moines dans le gîte de Zachée,un confortable bâtiment à l'écart où nous sommes séduits par l'accueil chaleureux,la propreté des lieux,le confort des chambres individuelles et le calme ambiant.Une visite de l'abbaye avec ses deux chapelles,ses allées ombragées, le souvenir de Charles de Foucault et Stevenson, la boutique traditionnelle, l'office religieux de 18h30 pour certains, tout cela nous occupe jusqu'au repas du soir pris dans une agréable salle à manger ...

Après une  joyeuse vaisselle collective nous occupons à nouveau les tables pour une partie de belote ou un temps de détente avant de rejoindre nos chambres.

A 7h nous déjeunons et reprenons la route pour le village où, après le ravitaillement pour midi, nous retrouvons les voitures pour rallier Lagarde-Guérin à 18km.

La visite de ce magnifique village médiéval du XIIème avec ses remparts de granit, ses maisons basses aux fenêtres à meneau et sa charmante chapelle romane nous emmène à la tour du château, que nous escaladons malgré les échelles difficiles, pour découvrir le panorama sur les gorges du Chassezac, à  nos pieds, et les monts d'Ardèche au loin ainsi que les crêtes du Mont Lozère. 

Nous reprenons la Voie Régordane (gr700), longeons le golf parmi les genèts et les mutiples fleurs , surprenons une biche inquiète avec son faon. Puis nous quittons le GR pour obliquer vers le lac de Villefort. Un superbe chemin ombragé descend vers le petit village de Pourcharesses et nous voici au bord du lac, appelé aussi lac Bayard en souvenir du village englouti par la nécessité du barrage en 1965. Nous contournons le beau plan d'eau par le côté ouest au milieu des melèzes et faisons alors la pause pique-nique face à la plage de sable aménagée. Le tour du lac nous fait franchir le pont qui sépare les deux vallées noyées où nous évoquons (documents à l'appui) l'ancien pont routier Napoléon III qui existe encore sous l'actuel,mais sous 50m d'eau ! Nous passons ensuite sous la petite colline dominée par la chapelle St Loup, prévue au programme, mais annulée vu la chaleur et la fatigue naissante de la troupe... Nous retrouvons alors le GR 700 et la rude montée vers Lagarde, heureusement agrémentée de vues splendides sur le lac en dessous et les pentes du Lozère au loin.

Voici le parking. Après les 22km de cette belle balade lozèrienne, il faut rejoindre Nîmes à 120km vers 18h.

Ravis de cette première expérience de week-end en commun !! A l'an prochain, en Septembre....

 

 

 

27 eme Randonnée CAPIE

 

Dimanche 02 juin 2019

"De St Gilles aux marais du Cougourlier"

 

Randonnée de 18 km

Sans dénivelé


Nous nous retrouvons 20 sur le parking municipal de StGilles, par ce beau dimanche de juin.Il va faire chaud sur les chemins et chacun a prévu chapeau et bouteilles car la Petite Camargue est chiche en ombrages...et en robinets...


Tout d'abord,nous grimpons vers le centre-ville pour admirer au passage la superbe façade de la Maison Romane, puis nous débouchons sur la place de L'église. La célèbre abbatiale s'expose à  notre curiosité. Nous évoquons la vie de Saint Gilles et son parcours depuis sa Grèce natale au 7ème siécle. Il séjourna 2 ans à la Baume de Sanilhac,auprès de St Vérédème, un autre ermite, puis vint s'installer dans une grotte près d'ici. La biche qui lui tenait compagnie,et lui procurait son lait quotidien fut blessée  lors d'une chasse du roi wisigoth Wanba. Celui-ci, pour s'excuser aida le Saint à établir son monastère sur ces terres. Après de nombreuses guérisons miraculeuses de nombreux pélerins affluèrent. La première église fut construite (l'actuelle crypte), suivie, après la mort du Saint, d'une plus importante superposée à la précédente qui avait près de 100m de long, pour accueillir les milliers de fidèles. Mais celle-ci fut quasiment détruite en 1622 lors des guerres de religion et il ne reste que la riche façade romane (et les ruines de l'abside  et le clocher avec le fameux escalier à vis) qui agrémente la banale église reconstruite au XVIIème.
Nous évoquons aussi ce fameux 12 juin 1209 où le comte de Toulouse Raymond VI dût faire amende honorable, agenouillé nu sur les marches du parvis, devant le Clergé et le Peuple, car il avait été  excommunié par le Pape Innocent III, pour son soutien à l'hérésie Cathare.


Après ces rappels historiques,nous contournons l'église par la gauche pour observer les ruines du choeur originel et nous continuons vers la place de la mairie (ancien château où etait né Raymond) et nous admirons la vue panoramique vers la Camargue et les Alpilles.
Nous redescendons vers le port de plaisance installé sur le canal du Rhône à Sète et évoquons la construction de cet axe fluvial,prolongation logique du Canal du Midi, mais qui a dû attendre le 19ème siecle pour fonctionner.


Notre promenade va alors nous emmener à travers champs et roubines vers l'écluse de St Gilles. Celle-ci permet au péniches d'accéder au Petit Rhône, depuis 50 ans, car l'écluse de Beaucaire,sur le Rhône, est hors service (ensablement).
Nous allons ensuite longer le canal vers l'ouest jusqu'au pont d'Espeyran: c'est sous le tablier de ce modeste édifice que nous trouvons l'unique espace ombragé nécessaire à un agréable pique-nique.
Une heure après, nous repartons. La traversée du petit pont surélevé nous permet d'entrevoir le domaine d'Espeyran et son beau château du XVIIème: acquis par l'Etat en 1963 : il sert de dépôt national des archives de la France et ses caves conservent (sous forme de micros films) tous les documents de notre Mémoire Nationale.


Nous continuons notre progression sur l'autre rive du canal,sous le soleil,jusqu 'au mirador, près de Franquevaux, d'où on a une vue sur les marais de la petite Camargue (gênée hélas par la croissance des arbres). Nous nous engageons dans le sentier de découverte du Cougourlier,au milieu des sagnes.Nous aurions pu admirer des oiseaux typiques des lieux (hérons,flamants...) mais ce n'est pas la jour : juste 2 canards et 6 gros oeufs globés ,quelques chevaux blancs et de (trop)lointains taureaux noirs... Tant pis...nous profitons du calme et de quelques ombrages... Le chemin longe ensuite l'ancienne voie ferrée Lunel-Arles,celle qui franchissait le Rhône par le beau Pont des Lions, détruit en 1944 (rando Capie de Novembre). St Gilles avait 2 gares, une sur cette ligne et l'autre reliée à celle de Nîmes aux Salins de Giraud,à Bouillargues. Le sentier est alors agréable sous les frênes, bordé par une mystérieuse roubine verte.


Nous rejoignons ensuite le fameux Chemin de St Jacques qui va nous ramener à St Gilles par une petite route. Difficile de résister à la tentation d'une cerisaie prolixe de belles locataires....et la petite ville nous réunit au parking. Finalement, ces 19 km étaient fort agréables !  

 

26 eme Randonnée CAPIE

 

Dimanche 12 mai 2019

"De St Michel d'Euzet à la Roque sur Cèze

par les cascades du Sautadet"

 

Randonnée de 17 km

Difficulté : sans

Dénivelé : 150m

 

Ce dimanche matin à 9h nous nous retrouvons 18 seulement sur le parking du Parnasse.
4 collègues nous rejoindrons pour compléter notre groupe de 22 sur le parking d'arrivée. 

Par Remoulins,puis Bagnols, nos 6 voitures gagnent le village de St Michel d'Euzet où elles vont se reposer sur le parking de l'école. 

A travers vignes et champs ,très fleuris à  cette époque , nous rejoignons les bords ombragés de la Cèze ,que nous longeons jusqu'aux fameuses cascades du Sautadet dans un site pittoresque et c'est l'occasion d'évoquer les catastrophiques crues de la rivière et les 30 victimes de noyade dans ce lieu,depuis 50 ans.
Nous continuons,et le superbe pont moyenâgeux à 12 arches ,nommé Charles Martel (roi de France
ou abbé local ?), nous permet de franchir la Cèze et d'accéder au somptueux panorama qu'offre
le village de la Roque sur Cèze.Les maisons,les tours, les 2 églises et le château forment,sur le flanc
Nord de la colline,un ensemble magnifique et on comprend pourquoi cette modeste localité fait partie
du classement aux "plus beaux villages de France".
Nous escaladons les rues tortueuses en admirant les rénovations de bon ton qui composent ce charmant site jusqu'au pied du château et de sa chapelle;c'est là que nous allons profiter de notre rituel pique-nique ,les uns face au panorama procuré par la vallée en-dessous,mais avec un fort Mistral,les autres à la "cagne" dans la rue voisine.
Une petite boucle en garrigue facilite la reprise (et la digestion),avant de revenir au village ,contourner le château (hélas non visitable) et plonger dans la verdure d'un agréable chemin qui nous ramène à l ouest de la Roque et au pont Charles Martel,par une grande boucle.
Un aller-retour aux cascades par la rive droite nous permet de revoir les Grandes Marmites sous un angle différent de celui du matin.
Et c'est un retour champêtre vers St Michel,en longeant la colline boisée avec,en toile de fond,les collines ardéchoises et l'ultime village gardois de StLaurent de Carnols.
Un coup d'oeil à l'église de St Michel et à son ancienne cloche fêlée déposée à  côté, au lavoir rempli d'eau limpide et fraîche...

Belle balade de 17km ,en pein vent,mais dans un beau cadre...A la prochaîne...

 

 

25 eme Randonnée CAPIE

 

Dimanche 14 Avril 2019

"Les Fumades, Auzon, Le Château d'Allègre"

 

Randonnée de 16 km

Difficulté : moyenne

Dénivelé : 230 m

 

 

 

24 eme Randonnée CAPIE

 

Dimanche 17 Mars 2019

"Randonnée Saint Rémy de Provence"

 

Une grande boucle dans les Alpilles, 

de Saint Rémy de Provence aux Baux, par Glanum

 

Randonnée de 18 km

Difficulté : moyenne

Dénivelé : 180 m

 

Ce dimanche 17 mars à 9h , nous sommes 41 à partir du parking du Parnasse, pour notre 24ème rando : le ciel est gris, il bruine même, mais la promesse d'une amélioration nous encourage et nous
profiterons finalement d'une superbe journée printanière. 

Nous garons les 10 voitures près du cimetière de St Rémy de Provence, après un agréable trajet de 44 km,par Beaucaire, Tarascon et la typique D99 bordée de platanes et de fermes.


Nous empruntons alors le Chemin Gaulois en direction des Baux,à travers les pinèdes, pendant 2 heures, en nous élevant jusqu'aux cimes des Alpilles par le versant Nord.

Le superbe site des Baux de Provence s'offre soudain à nous avec le paysage vers le sud. Encore quelques minutes de marche,et nous découvrons le superbe rocher troué qui monte fièrement  la
garde puis le dernier effort nous permet d'atteindre la table d'orientation (malheureusement saccagée) où nous posons nos sacs pour le désormais sacro-saint pique-nique. Le panorama vers la mer est somptueux: nous dominons le célèbre village médiéval, la Crau, la Camargue mais la brume marine nous cache la mer et les sites phocéens de Marignane et de Fos,ainsi que les ports Camarguais. Seul brille le Vaccarès... dommage !


Avant de repartir nous écoutons quelques explications sur l'histoire du site, depuis l'installation des fiers et redoutables seigneurs du XIème au XVIIème avec leurs 79 vassaux, leur blason, les Cours d'Amour, la période protestante, les 2 démantèlements du château, l'oubli du site jusqu'à la découverte des gisements de bauxite (1821). Nous évoquons les richesses actuelles du Val d'Enfer avec la Carrière des Lumières (consacrée actuellement à Van Gogh) et ses restaurants réputés, sans oublier la mythique grotte des Fées et le trésor d'Abd al  Rahman, gardé par la célèbre Cabre d'Or.

Il est temps de reprendre le GR6 des crêtes, vers l'est, qui nous permet d'apprécier la flore printanière : romarins, iris, globulaires, pervenches, cistes, aphyllanthes, thym, mais aussi le charmant mélange des pins cèdres et cyprès dans le paysage typiquement provençal. A un détour du sentier, un vaste panorama vers le nord nous permet de dominer le Vaucluse et le Rhône jusqu'au Ventoux d'un côté et les garrigues gardoises de l'autre.


Nous descendons ensuite vers St Rémy et atteignons le charmant site du lac du Peirou : les Romains y avaient déjà installé le premier barrage-voûte au Ier siècle pour approvisionner la ville proche de Glanum par un aqueduc disparu et on a refait en1981 le même système pour St Rémy.
Van Gogh a peint ici en 1888 et  Gounod y a conçu l'opéra de Mireille...
Nous abandonnons là le GR6 car il franchit la falaise voisine par une grotte presque verticale et le danger représenté par la roche glissante, les 15 échelons et la chaîne-rampe est trop stressant pour
les organisateurs, responsables d'un groupe vaillant ,certes, mais inégalement agile...Nous préférons suivre la petite route.
Nous voici aux Antiques où nous admirons le mausolée de Julius (en réalité c'est un cénotaphe) et ses 4 bas-reliefs et l'arc de Triomphe qui êtait la porte principale de la ville gallo-romaine avec ses sculptures symboliques. Il n'y a qu'un pas pour accéder aux somptueuses ruines de Glanum mais nous nous contentons de l'observation rapide des maquettes et panneaux exposées dans l'accueil
et de l'imprégnation du site.


La dernière étape de notre rando sera consacrée au souvenir de Van Gogh, qui séjourna un an dans le monastère voisin de St Paul de Mausole, doté d'un asile, en 1888, qu'il quitta en 1889, 2 mois avant son suicide dans l'Oise. Des reconstitutions de ses dernières et célèbres toiles (il en peint 100 pendant son séjour) parsèment l'agréable parcours aménagé jusqu'au coeur du monastère.

 

Après le dernier de nos 18 km, nous revoici au parking du départ, un peu fatigués mais ravis de cette
belle journée. 

 

 

23 eme Randonnée CAPIE

 

Dimanche 17 Février 2019

"Randonnée champêtre, du Château d'Aubussargues

au Château de Serviers Labaume"

 

Par les bords du Bourdic et la forêt de Massargues

 

Randonnée de 16 km

Difficulté : moyenne

Dénivelé : 200m .

 

 

Dimanche 17 février 2019 nous sommes 50 rassemblés sur le parking de Castanet pour aller randonner dans la forêt de Massargues.
Ce nombre de participants nous ravit,car il témoigne d'une confiance et d'une fidélité constantes pour cette activité auxiliaire de la Capie, mais ce nombre nous inquiète aussi un peu : ne va t-il pas nuire à la qualité et à la sécurité de notre balade ? Qu'importe, le temps agréable et la promesse du soleil presque printanier nous poussent à un optimisme visible chez tous...

 

Départ à 9h30 par la route d'Alés. Après la traversée de Dions, puis de Bourdic nous arrivons au  charmant village d'Aubussargues,où les 12 voitures se garent près du cimetière. 
Une petite visite  dans les rues tortueuses nous permet d'approcher le fringant château, caché derrière ses murs, avec ses 2 fières tours couronnées d'ardoise bleutée. Il a survécu à 3 incendies et  cohabitait avec un autre château aujourd'hui disparu. La petite église, le temple et un vieux puits astucieusement utilisé complètent ce décor tranquille où le Midi Libre se vend lui même  sur une table extérieure avec sa boîte-caisse confiante....
Nous atteignons un charmant chemin de garrigue qui va nous faire descendre sur les bords de la petite rivière Bourdic qui prend sa source à 20km de là, et que nous longeons jusqu'à un gué que
nous passons gaiement, les chaussures protégées par des sachets en plastique...
Le paysage change : les chênes blancs et les pins forment la petite forêt de Massargues (170ha) grâce à  un sol argileux favorable. Un peu plus loin, nous retrouvons la trace de l'ancienne ligne SNCF qui reliait Tarascon à Le Martinet par Uzès : c'est un peu notre fil dAriane car nous avons déjà croisé 
cette ligne lors de précédentes  randos (Euzet, Vers, Beaucaire...). Nous empruntons son talus à  travers la forêt jusqu'à son passage sous la route de Serviers. Un agréable chemin nous conduit alors
sur le Serre d'où nous dominons le paysage vers l'ouest et les Cévennes malheureusement cachées par les brumes. C'est là que nous faisons étape pour le pique - nique.

 

Nous repartons ensuite vers le château de Serviers Labaume, dominés au passage par l'insolite tour
horloge. Le château est caché derrière ses murs et difficile à voir en entier. Mais le vieux village nous accueille avec l'élégante église romane St Pierre, le puits de la Roumèque et ses vieilles maisons ocres. On aperçoit Uzès au loin.
Un chemin parallèle au précédent nous ramène vers le sud. Au passage la ruine d'une fabrique de poteries et de briques nous rappelle que le sol argileux du site a été exploité pour  ces spécialités de
L'Uzège. Un puits original couvert voisine ce lieu plein d'activités autrefois.
Le sentier replonge ensuite vers la forêt de Massargues jusqu'à la Bouscarasse où nous évoquons le
parc d'attraction estival. Nous traversons les plantations de pins  par une large piste orangée par l'argile,nous croisons une équipe de chasseurs de sangliers peu ravie de notre visite (50 !!!),nous recoupons la ligne SNCF et revoilà le Bourdic à franchir grâce a un petit pont-gué cette fois.

Une côte facile nous ramène vers Aubussargues. Au passage, la source aménagée de Moïse nous évoque l'occupation néolithique du lieu. Avant de récupérer les voitures, la curiosité nous fait faire un détour dans la garrigue pour voir l'oratoire de la Madone, lieu privilégié de promenade des autochtones.
Vers 16h30 nous nous retrouvons sur le parking, contents de cette journée printanière et tranquille.

 

 

 

 

22 eme Randonnée CAPIE

 

Dimanche 27 Janvier 2019

"La ville de Sète et ses contours,

des Pierres Blanches à Pointe Courte"

 

La ville, Pointe Courte, l'étang de Thau, les Pierres Blanches, le Mont St Clair,

la Corniche, le cimetière marin, le Môle, les ports.

 

Randonnée de 17 km,

Difficulté : moyenne,

Dénivelé : 400m .

 

 

Le dimanche 27 janvier 2019 nous nous retrouvons 33 sur le parking du Parnasse.Il fait vif mais beau et nous prenons, à 9h, la direction de Sète, par l'autoroute A9.

Les 9 voitures se garent près du quartier de Pointe Courte vers 10h.
La rando commence par la traversée  de ce quartier typique de pêcheurs, qui s'avance sur l'étang de Thau,avec ses modestes maisons basses,ses filets et ses barques.Ici fut tourné en 1954 le film précurseur de la Nouvelle Vague par Agnès  Varda "Pointe Courte". Nous contemplons le Mont St Clair qui domine du haut de ses 180m cette île "singulière "(ce n'est pas un ancien volcan, comme à Agde) et apprenons que "Sète " vient du latin "sétia"= baleine, de par son aspect lointain depuis la mer.


Pour rejoindre Pointe Longue ,le pont sur le canal étant provisoirement démoli, nous passons par la Gare,traversons le pont tournant, puis le Canal Royal.Nous longeons la Plagette puis l'étang de Thau
par une agréable promenade que nous quittons pour obliquer vers le célèbre stade de foot de la ville (Championne nationale en 1938!) et la rue de la Source qui nous ramène vers le boulevard L.Blanc.
Nous grimpons alors par une longue piste ombragée de magnifiques pins jusqu'au panorama des Pierres Blanches qui nous fait découvrir la côte ouest jusqu'à Agde et au delà. Les quartiers neufs des Quilles ,de Villeroy et du Lido ont transformé profondément ce côté  de la "montagne" et les vignobles de Listel côtoient l'étang ...

 

C'est le moment du pique nique,agréable au soleil malgré la Tramontane.

Nous repartons pour le sommet du Mont St Clair (180 m). Le magnifique panorama nous permet de dominer la ville et sa création récente, en 1666 grâce à Colbert,à Riquet et au Canal du Midi. Le 
Môle, le brise lame, les ports, les 4 grands canaux. Deux gros "ferry" témoignent de l'activité du port
et le vaste étang de Thau nous permet de localiser Balaruc, Bouzigues, Mèze. La longue côte vers l'est révèle les stations de Palavas, Carnon, la Grande Motte et le Grau du Roi. Plus près de nous, Frontignan et le massif de la Gardiole. C'est une superbe leçon de géographie...


Il est temps de redescendre vers la Corniche par des ruelles très pentues qui serpentent parmi les villas (qui ont remplacé les anciennes "cabanettes"). Nous voilà au bord de la mer : la belle promenade moderne nous amène au pied du Théâtre de la Mer. Nous dominons ensuite le fort StPierre qui accueille le Théâtre et la "trouée des Arabes" creusée dans le roc par les prisonniers algériens après la conquête de l'Algérie en 1850, nous évoquons la captivité d'Abd El Kader dans ce fort Vauban.


Le cimetière marin nous rappelle ensuite les Sétois célèbres Valéry, Vilard,Brassens, Manitas de Plata et la Bégun du début du 20ème siècle.Seuls, les 2 premiers sont enterrés ici et nous visitons leurs tombes,particulièrement celle du poète immortel auteur du fameux "cimetière marin".
Nous redescendons vers le môle. Le temps presse,les jours sont courts, donc nous allégeons notre circuit (tant pis pour le port de commerce et le centre ville!). Nous suivons le Canal Royal jusqu'à  l'ancien Palais Consulaire, traversons le canal de la Peyrade et longeons le boulevard Victor Hugo.


Un dernier arrêt pour admirer le Théâtre Molière et les beaux immeubles Haussmaniens, symboles de la richesse passée de Sète, quand les exportations de vins du Languedoc étaient considérables...

Nous regagnons ensuite les autos à la Pointe Courte, fatigués (un peu..), mais heureux de cette balade inachevée qui nous donnera peut être envie de revenir la compléter. 

 

 

21 eme Randonnée CAPIE

 

Dimanche 18 Novembre 2018

"De Fourques en Arles la Romaine"

 

 

Ce beau dimanche (enfin !!) après l'annulation double de la rando des Gorges du Gardon (pluie), qui aura lieu au printemps, nous nous retrouvons 35 sur le parking du Parnasse. 
Dix voitures partent vers Fourques pour se garer près des arènes. 
 
Un rapide tour du village nous permet de voir  l'ancien château d'eau, le château fort du XIIeme, les lieux du tournage du film sur Van Gogh , les digues protectrices et la "pierre des crues du Rhône". Nous franchissons le Petit Rhône grâce à l'original vieux pont suspendu à voie unique qui vibre fort au passage des voitures. Un sentier suit la digue et nous amène au bord du Grand Rhône d'où  ous avons une splendide vue sur le fleuve et la ville d'Arles.
 
Nous admirons les vestiges du pont SNCF (ligne Sète-Arles) avec ses hauts piliers couronnés de lions, nous repérons l'emplacement de l'antique pont -bateaux romain. En longeant le quai de Trinquetaille nous gagnons le pont actuel qui nous permet d'accéder à Arles.
Le pont franchi nous longeons le Rhône vers le nord en admirant des pans de remparts antiques , l'église des Prêcheurs, les ruines des thermes de Constantin et le site où Van Gogh peignit la "nuit étoilée ".
 
Nous pénétrons dans la vieille  cité par la porte fortifiée de la Cavalerie.
Un arrêt devant la somptueuse fontaine Pichot et les jolies rues bordées de façades Renaissance nous conduisent derrière  le rempart nord que nous longeons par le boulevard.
Au passage, un humble passage carré sous la muraille indique que c'etait là l'arrivée de l'aqueduc des Alpilles qui fournissait l'eau romaine depuis 50 km ! ( rappel de notre rando du 14/12/17), puis nous grimpons dans la ville haute par la porte  d'Auguste.
Une jolie petite place avec des vestiges de monastère ,et nous voici dominant l'amphithéâtre. Un détour pour admirer le panorama sur la Provence et l'église ND de la Major, puis le tour des arènes nous amène aux majestueuses ruines du théâtre romain.
 
C'est l'heure du pique nique ,dans le grand jardin public...
 
Nous repartons pour un aller-retour au cimetière des Alyscamps, où nous évoquons les duels en peinture de Van Gogh et Gauguin parmi les centaines de sarcophages de la nécropole hélas largement pillée... et nous retournons vers le centre ville par le canal de Crapone (XVI ème)  et la maison de retraite de Jeanne Calment (122 ANS!!).
 
Nous arrivons place de la Mairie. Les bâtiments de la basilique,la facade XVIIème de la mairie, l'étrange obélisque central récupéré dans le Cirque et la très riche façade de l'église St Trophime avec ses sculptures, tout celà nous occupe un long moment.
Nous partons vers la place du Forum où un seul petit vestige de fronton nous permet d'évoquer l'immensité du Forum romain totalement disparu et ses souterrains, les cryptoportiques redécouverts récemment. Nous comparons le café voisin à la peinture qu'en fit Van Gogh et nous observons la statue en bronze voisine de F.Mistral fondue en 1942 mais restaurée...
 
Puis nous traversons toute la ville du nord au sud en passant devant le musée moderne de notre peintre célèbre et nous arrivons ,par des charmantes petites rues typiques, aux (maigres) ruines du grand cirque (450m) qui a servi (hélas) de carrière pour les constructions futures.
 
Un regard sur le musée Antique,un passage dans le délicat "jardin romain" et nous longeons les quais du Rhône jusqu'au pont. La grande avenue de Trinquetaille nous ramène à Fourques vers 17h.
 
Une riche rando culturelle, la prochaine se déroulera à Séte.

 

Dimanche 23 Septembre 2018

"De Vers à Castillon"

  • Carrières
  • Lavoirs
  • Vestiges romains
  • histoire

 

Très belle balade !

 

Distance : 15 km  Dénivelé : 100m 

 

 

Dimanche 23 septembre 2018, c'est la reprise de notre activité "rando" pour l'année 2018-2019,avec une sortie près du Pont du Gard intitulée "des carrières de Vers aux lavoirs de Vers en passant par Castillon du Gard et l'aqueduc romain de la Lone"

 

Nous nous retrouvons 36 sur le parking,avec plusieurs "nouveaux" que nous sommes ravis d'accueillir et ,à 9h30 ,les 10 voitures se dirigent vers Vers Pont du Gard via Remoulins.Parking dans le village et départ pour les carrières romaines après une traversée du village médiéval qui nous met dans l'ambiance de cette couleur dorée caractéristique de la pierre locale.

 

Le tour des principales carrières nous fait découvrir l'importance du site que nous pouvons dominer grâce aux terrasses aménagées. Nous rencontrons aussi une mignonne capitelle de pierres arrondies très bien conservée. 

 

Nous rejoignons ainsi le village et prenons la direction de Castillon par un chemin de garrigue sous un chaud soleil (encore) d'été : c'est l'occasion de faire une pause pour évoquer le Dépôt de munitions établi par  ici en 1942 par la Wehrmacht, protégé des bombardements alliés par la proximité du Pont du Gard (50 000tonnes d'explosifs !!).

 

Un étroit sentier ombragé nous conduit au pied de Castillon, une grimpette, et nous voilà dans ce magnifique village de pierre ocre, superbement restauré : mais,surprise! C'est la Fête Médiévale annuelle.. Notre charmant coin repéré pour le pique nique (sur la terrasse nord) est occupé par une tente rouge... nous trouvons une petite place tranquille pour nous poser et nous reposer.

 

Puis nous parcourons les rues riches de belles façades "renaissance" et nous arrivons  sur la place occupée par la Fête  : costumes,musique et reconstitutions... Mais le GR63 nous attend pour nous descendre, à travers la garrigue, jusqu'à l'ancienne ligne Sncf du Martinet à Tarascon,qui transportait au début  du XXème siècle ,le charbon des Cévennes...

 

Nous longeons les vieux rails jusqu'à l'ancienne gare du "Pont du Gard" ,l'usine LIB, et nous voici au site de Font Menestiere : c'est là ou l'aqueduc romain franchissait le petit col de la Ratade par un superbe pont à arcades plus long que le Pont du Gard (mais moins haut);il ne reste que les culées car le pont,écroulé au IVème siècle, a été pillé pour construire les maisons alentours...

 

Nous longeons ensuite les arcades de la Lone qui soutenaient le canal,émouvantes ruines avec leurs énormes dépôts calcaires dus aux fuites et aux prélèvements sauvages pendant les 4 siècles  de fonctionnement de l'aqueduc.

 

Nous debouchons enfin sur Vers, par le coquet lavoir de Misseran,aux 3 arches gracieuses,puis le superbe lavoir de Gran Fon au centre du village qui  ,avec le 3ème lavoir d Isière,à l'ouest, construits à la fin du XIXeme ,voyaient défiler toutes les ménagères du village.

 

C'était une belle balade de 16 km, il faisait chaud.....

 

 

 

Randonnée de fin d'année

Dimanche 17 Juin 2018

 

"le Mont Ventoux"

 
Depuis le Mont Serein partie Nord
Dénivelé de 510 m,
Randonnée de 16.5 km.
 
Notre première Rando Montagne
 
 
Le dimanche 17 juin nous partons du Parnasse à 7h30 pour escalader le Mont Ventoux, et terminer en beauté notre cycle annuel de balades.
 
Nous sommes 26 et il fait beau.
Le trajet en auto dure 1h50 ,par Orange et Carpentras et nous garons les voitures près du Camping du Mont Serein à 1400m d'altitude.
Le GR nous conduit à travers la forêt sur le flanc nord du Ventoux,et la vue sur les Baronnies et la vallée du Toulourenc est superbe.
 
Malheureusement il nous faut nous séparer de 3, puis de 2 autres copains (ennuis de chaussures et fatigue). 
 
Nous atteignons le col de la Grave à 1645m ,avec le magnifique panorama sur la Provence (au sud) et 3km de désert de pierres nous séparent encore du sommet.Heureusement,les vues splendides (quoique brouillées par les brumes lointaines) et l'observation de la flore caractéristique des lieux (Pavots du Groënland, Saxifarges du Spitzberg...) nous font oublier la dure côte. Tant pis,nous ne verrons pas les cîmes neigeuses des Alpes...
 
Nous arrivons à treize heures au sommet,à 1912m et nous nous installons sur la terrasse circulaire pour le pique-nique.
 
Puis c'est la descente ,après avoir côtoyé les dizaines de cyclistes hardis qui fréquentent ce haut lieu du Cyclisme.
 
La piste qui frôle le Radome nous conduit doucement jusqu'au Mont Serein après 16,5 km de notre première rando "montagne".

 

18 eme RANDONNEE

du Dimanche 27 Mai 2018

 

"De Tornac à Anduze par le Lacan"

 

  • le château de Tornac,
  • le site historique de la Madeleine ,
  • le panorama  depuis le sommet du Lacan (Cevennes et Sud-Sud Ouest),
  • le GR 67 ,
  • le site d'Anduze
  • la ligne de chemin de fer Anduze-Lezan (désaffectée mais intacte).

 

Très belle balade

Distance: 14 km  Dénivelé : 300m  Difficulté moyenne

 

Le Dimanche 27 mai nous nous retrouvons 31 marcheurs aux portes d'Anduze,au pied du château de Tornac.Après une courte côte, nous rejoignons  l'ancienne route des Gabales,qui reliait Nimes à Javols et voici les imposantes ruines du château qui dominent fièrement la plaine de la Gardonnenque.
 
Quelques mots d'explication pour retracer l'historique du lieu, d'abord simple tour de repère, de guet et relais de signaux optiques entre la mer et les Cévennes ; puis château fort de protection du monastère voisin de St Julien (Tornac),réaménagé au XVI ème  avec une façade Renaissance et enfin magnifié au XVIII ème  par le marquis de La FARE,avec la création de superbes jardins à l'italienne qui s'étalaient en terrasses sur 1 km, avec allées, bassins, jets d'eau ,bosquets et statues jusqu'au château de Bellefont, petit Versailles provincial malheureusement disparu.
 
Nous reprenons ensuite un sentier forestier  pour grimper jusqu'à la colline
de Lacan ou nous attend un magnifique panorama sur le site d'Anduze ,les
Cévennes et le Gardon; malheureusement une brume de chaleur brouille
l'horizon et notre repère familier du Mont Ventoux. C'est là que nous faisons
l'agréable pause-repas.
 
Nous rejoignons ensuite le GR, qui va doucement nous promener parmi les charmants mazets d'Anduze jusqu'à la gare. Après  la pause,nous entrons
dans le délicieux parc municipal rafraîchissant avec ses pelouses, son lac
orné de cygnes,oies et canards... Puis ce sont les vieilles rues de la ville et
ses fontaines (Pradier et Pagode), ses vieilles tours et son Temple.
Un bref aperçu de l'histoire locale marquée par le duc de Rhoan et nous repartons
vers Tornac en empruntant l'ancienne voie PLM Lezan-Anduze qui a encore
ses rails : cela nous permet de nous initier à  la "ferrocloutivipathie" (interpre-
tation des chiffres et lettres gravés sur la tête des clous de traverses).
 
Deux ponts et un tunnel plus loin voici le parking du matin.
 
Une bonne journée passée entre copains....
 

 

Randonnée du 29 avril 2018

 

"LES GORGES DU GARDON, 2ème partie "

(suite de la rando d'octobre)

 

Intérêts : le site superbe de La Baume ( Ermitage, grotte, moulin), les chemins du Gardon vers Collias et la forêt-galerie.

 

Départ Sanilhac

Distance: de 12 à 17 km (selon le niveau du Gardon)        

Dénivelé : 190 m

Montée DIFFICILE sur 2 km, chemin caillouteux et raide

 

Rendez-vous à 9h30 parking Super U Route d'Alès

 

 

 

Randonnée du 25 Mars 2018

 

"Vézénobres et les villages de la Droude"

 

 

à 30km de Nîmes

Distance 17 km environ, niveau moyen, dénivelé 120m

 

Dimanche 25 mars nous nous retrouvons 33 au parking de CASTANET pour une 17ème rando de notre association.

 

Le temps est nuageux mais nous sommes décidés à  braver les giboulées pour aller randonner vers  les villages de la DROUDE.

Direction Vézenobre où  les 9 voitures sont garées sur le forail. 

 

Vue générale du village, explication sur le site avec ses 4 châteaux,  sa situation sur la voie Régordane. Nous nous dirigeons vers l'église (qui est ouverte) et entreprenons la longue montée  vers le village  moyenâgeux ̀. 

La porte de SABRAN sous le clocher XVIII SIÈCLE  nous conduit au  château de GIRARD dont la moitié constitue l'actuelle mairie et l'autre moitié domine le somptueux paysage au Sud.

C'est l'occasion de dominer le verger de 1000 figuiers et la culture de la figue embléme de la cité. 

Puis la rue du Porche nous conduit à  la cour intérieure du château, et à  la place de la Mairie.

Le temple, à  la façade  originale, la fameuse cheminée Sarrasine, les ruines du château de Fay Perault nous conduisent au sommet de la colline où  la superbe table d'orientation à 360 degrés. 

 

Nous reprenons le GR 700 que nous quittons bientôt  pour nous enfoncer dans les bois par un charmant sentier. De petits avions nous survolent à basse altitude car l'aérodrome de DEAUX n'est qu'à 1km. 

Nous contournons ce village pour rejoindre la DROUDE, rivière pérenne de 20 km affluent du Gardon à  Moussac

 

Le chemin parallèle  à  la rivière nous conduit à  St Étienne de l'Holm, modeste petit village, puis au pont submersible. Là, un charmant petit pré accueille notre agréable  pique nique, le soleil est revenu, il fait bon et nous nous attardons dans ce calme paysage.

Nous reprenons notre marche à  travers bois vers Martignargues. Près  de ce village  "la grande Muraille" édifiée en 50 ans de labeur par le vaillant Cadounqué et son épouse (avec une mule) nous étonne et nous interroge. 

Quelle obstination  de la part de ce couple qui repose au coin du champ sous les cyprès ! 

 

Le village de Martignargues,  pittoresque et retiré  sur sa colline, nous accueille  près de sa charmante église  romane. C'est le moment et le lieu d'évoquer  la guerre des Camisards  et le chef CAVALIER qui battit  l'armée  royale dans le champ proche du Devès en 1704 que nous dominons.

Nous allons ensuite rejoindre le GR 700, la "Regordane" qui nous conduit tranquillement vers Vézenobres  qui nous domine au loin.

Nous longeons  le château  de CALVIERE et son parc mystérieux  de 7 ha, hélas  invisibles derrière ses grands murs. La vieille "rue Basse" nous permet d'admirer la somptueuse maison "d'Adam et Eve" de style  renaissance. 

Bientôt  c'est le parking : 17 km de belle balade dans les bois et les vignes et encore la chance d'une belle journée  ensoleillée.

 

 

 

Randonnée du 18 Février 2018

 

"Sauve, la Mer de Rochers"

 

 

Ce dimanche 18 février , nous nous retrouvons 42 sur le parking de Castanet. A 9h30, direction Quissac par la route directe du Vigan,très agréable et roulante. Après quelques hésitations pour garer ensemble nos 14 carrosses, nous voici au départ de la tranquille Voie Verte qui est aménagée sur le tracé désaffecté de l'ancienne voie SNCF; ce qui nous permet d'évoquer l'importance de cette ligne au début du XXème siècle  (qui permettait de relier NÎMES à MILLAU via Le Vigan.)

 

Cette mise en jambes agréable de 4km nous permet d'apprécier la qualité des ouvrages d'art ,ponts et murs qui n'ont pas été dégradés depuis 150 ans. Nous devinons la trace d'une autre voie ancienne qui reliait Alés.

 

Voici la fin de la Voie Verte et la superbe gare de Sauve,devenue restaurant ,qui expose des fourches locales: c'est l'occasion d'évoquer ce célèbre art local et l'utilisation des qualités du micocoulier.Une vue panoramique de Sauve nous permet de retracer rapidement son histoire et son importance au Moyen âge, lorsque les seigneurs locaux (les satrapes)cohabitaient avec une importante abbaye de Bénédictins. 

 

Nous rejoignons ensuite le Vieux Pont du XIXème sur le Vidourle.La mystérieuse fontaine,résurgence du fleuve,jaillit sous un grand porche,dominé par les hauts murs  des places de la vieille ville.Une traversée de cette ville perchée nous fait voir des ruelles étroites, des porches,des façades de style Renaissance et la Tour de Mole seul vestige du château. La rue passe devant l'ancien couvent des Capucins, devenu la "villa Russe", dont la façade à été détruite récemment mais dont nous avons une photo.

 

Nous arrivons au début  du parcours de la Mer de Rochers qui était ,au XIXème siècle, le jardin des sauvains,avec ses multiples parcelles clôturées des pierres retirées de la "terra rossa" (mélange d'argile,de calcite, et d'oxyde de fer)très fertile. Chacun y cultivait légumes secs et arbres fruitiers, les fameuses cerises (la "dure de Sauve") étaient expédiées dans toute la France et à l'étranger, par le train (1000 tonnes en 1900).

 

Le château de Roquevaire,résidence d'été des abbés se présente à nous dans son cadre sauvage:il faut imaginer son passé, ses jardins,sa bibliothèque... Un agréable sentier, bordé de solides murs nous conduit à un petit mazet  joliment rénové. C'est le moment apprécié du pique nique.

 

Nous repartons et découvrons le Grand Aven qui communique avec le Vidourle souterrain et la Fontaine de Sauve:cet impressionnant gouffre de 80m, profond de 40m,nous rappelle celui des Espelunques de Dions que nous avons admiré en octobre. Il a été exploré il y a seulement 25 ans,vu la difficulté et la longueur de ses réseaux souterrains (un lac de 45 m de profondeur, des concressions, 6km de galeries)

 

Puis c'est la Mer de Rochers, magnifique décor de "ruines" dû à l'érosion du calcaire par les pluies acides et le CO2.Nous serpentons parmi ces blocs en évoquant la légende de Blanche de Castille qui y aurait rencontré le beau seigneur Bermond VII....

 

Nous obliquons ensuite vers la Tour du Castellas qui domine Sauve,le panorama est très intéressant. Nous redescendons vers les vieilles rues pour aller traverser les 2 places et voir l'originale mairie; c'est le moment d'évoquer les 3 célébrités de la ville Florian l'écrivain, Sirvel l'aéronaute et Astruc le médecin de Louis XV.

 

Nous empruntons alors le GR63 qui longe le Vidourle pour rejoindre Quissac en côtoyant des plantations de fourches,deux moulins et en traversant le pont du Pendu.Beaux paysages entre les garrigues du Coutach et la petite plaine du fleuve. Un petit arrêt devant les anciens thermes de Fonsanges où coule toujours l'eau sulfureuse, mais qui sont transformés en Centre de Vacances.

 

Nous arrivons après 17h aux voitures.Bonne journée, riche en découvertes, et nous n'avons pas tout vu ...

 

 

 

 

Randonnée du 28 Janvier 2018

 

"Le Val d'Eure"

 

 

Le 28 janvier, nous nous retrouvons avec plaisir à  St Maximin pour la 15eme rando mensuelle de la CAPIE. 

Un magnifique soleil  nous accueille, nous sommes 38 pour aller découvrir le Val d'Eure.

Direction Sud, pour aller constater le tracé  originel  du fabuleux  aqueduc romain : un simple fossé,  dépouillé  de ses voûtes par les siècles de prélèvements faciles de pierres taillées.... un peu d'imagination nous fait imaginer  ce canal  de 50 km qui approvisionnait abondamment Nimes à  raison de 500 litres / seconde avec un dénivelé de 25 cm au km....

 

Ensuite, direction le Nord, pour nous engager dans un sympathique sentier de garrigue qui nous emmène,  par de nombreux détours,  au début  du Val d'Eure.  D'agréables  chemins bordés de murettes originales nous conduisent devant le château BERARD , qui fut construit au XIXème  par le patron de l'usine de réglisse  ZAN voisine et qui est actuellement  une originale maison d'hôtes. 

 

Un mot de botanique concernant les majestueux platanes,  et nous voici sur le petit pont de l'Alzon, la rivière  qui arrose tout le vallon dominé  par Uzes. Le moulin rénové  de CARRIERE,  est le premier,  avec son originale roue en pierres assemblées,  des 5 moulins de la vallée. 

Cinq cents mètres plus loin, le moulin de GISFORT, avec ses deux lavoirs (privé  et public) voisine l'ancienne fontaine de la Ville. On y dansait le dimanche...

 

Puis, le chemin grimpe et nous nous retrouvons sur les terrasses de l'Eveche où il est temps de sortir le pique-nique devant  le beau panoramique de la vallée  d'Eure que nous  dominons.

Quelques explications sur l histoire d'Uzes, ses nombreux conflits  religieux, le partage  du pouvoir entre les évêques,  le Duc et le Roi, les 4 tours remarquables dont la belle  tour Fenestrelle, le séjour  de Jean Racine et le souvenir de 2 célèbres duchesses (celle du 1er permis de conduire féminin et celle qui a fait rénover la ville) et il est temps d'aller flâner  un peu dans les belles rues qui ont retrouvé leur lustre d'antan. 

 

Nous replongeons ensuite  vers l'Alzon. Voici le moulin du Roi et son étrange tour Carrée,  voilà les près  où  les uzetiens aiment  se prélasser le dimanche. 

Dans un repli, les archéologues ont mis à  jour 20m magnifiquement conservés de l'acqueduc souterrain  avec le bassin de régulation.  Puis nous nous approchons de  la mystérieuse fontaine d'Eure où   une dizaine de sources captées alimentait le bel aqueduc avant  d'évacuer le surplus dans l'Alzon  voisin.

 

Il faut ensuite grimper dans  la garrigue jusqu'à la table d'orientation où  un superbe point  de vue sur les Cévennes nous retient, avant de continuer vers les capitelles de St Siffret.

 

Et c'est la fin de notre périple, il faut redescendre à  St Maximin, où  nous parvenons vers 17h20, après  environ  17km d'une belle et riche randonnée. 

 

 

 

Randonnée du 8 octobre 2017

   

"Les Gorges du Gardon" 

 

 

Reprise des activités Rando de la CAPIE. 12ème sortie.        

A 9h30,nous sommes 33 au départ pour découvrir les Gorges du Gardon.   Direction Dions par la route d'Ales où nous déposons le groupe,les voitures allant se garer autour de l'église de Vic.  

A 10h15 nous escaladons les rues du village jusqu'au site remarquable de Speluca (les Espelugues) où un vaste gouffre en pleine garrigue pourrait contenir les Arènes de Nîmes et la tour Magne ; nous n'y descendrons  pas aujourd'hui car le GR nous attend pour nous conduire , par l'ancienne voie romaine ,la Via Helvienne ,jusqu'au pont de Russan.   Historique de ce pont et histoire de la recherche de l'or du Gardon en 1896,photo des crues de 2002 qui ont recouvert le tablier,et nous voici près de l'église de Ste Anastasie inondée douloureusement en 2002.  

Puis,nous reprenons le GR62A jusqu'au Castellas  où la superbe vue sur les méandres du Gardon agrémentera notre casse croûte. Nous sommes entourés de centaines de hautes tiges de férules sèches caractéristiques de ce site. Nous remarquons les ruines du rempart du château détruit par Richelieu et le vieux moulin, en bas, qui souffre d'une sécheresse tenace depuis le mois de mai... Ensuite ,c'est l'aller-retour jusqu'à la grotte de Latrone où M.Enjolras nous fait revivre la découverte des peintures préhistoriques par son père en 1940.

Le groupe repart en longeant la corniche pour frissonner au-dessus du trou béant de la Baume Percée ;en passant par la vieille grotte-bergerie,  nous remontons sur le plateau St Nicolas pour retrouver,plus loin les gorges sauvages du gour du Corbeau.  

De retour sur le GR nous rattrapons la longue descente vers le Pont St Nicolas,en marchant sur des lappiaz caractéristiques. Le Gardon est toujours sec mais une photo du pont noyé sous la crue de 2002 nous rappelle les caprices de cette riviere qui  coule souterrainement 8 mois sur 12.

Le superbe pont du 13ème bâti par les Templiers à beaucoup souffert,mais le Prieuré est toujours pimpant quoique désaffecté.  

Enfin,le GR nous ramène tranquillement à Vic,pleins de soleil mais aussi un peu fatigué par ces 17 km de découverte. ..                                             

 

Randonnée du 25 Juin 2017

 

CANAL DU MIDI

BEZIERS – ENSERUNE

 

 

Fin mai, nous décidons  de proposer une rando de fin d'année,  le 25 juin, sur une portion du Canal du Midi,  de BEZIERS à  l'oppidum  d’Ensérune.  Le trajet  se ferait en car spécial jusqu'à  BEZIERS,  cela permettant de ne pas avoir à  refaire  le chemin inverse,  le car nous attendant à  l'oppidum. 

 

Une quarantaine de candidats à  cette sortie  se manifestent et le projet  prend forme. 

Jean pierre  part avec son vélo,  en train, le 15 juin pour repérer  le parcours car certains points  le tracassent : travaux sur les écluses d’Ensérune,  abattage en cours  des platanes  du Canal, intérêt  culturel de la visite d’Ensérune. Il fait le parcours dans les 2 sens,  visite l'oppidum  et se rassure : c'est très  intéressant mais il fait  très  chaud  !!

 

Le 25 juin,  nous sommes finalement 36 à  partir de Nimes,  à  8h, dans un beau  car rouge.  Le trajet (1h30) par la nouvelle  autoroute est formidable. 

 

Le car nous dépose vers  9h30 au port  fluvial  de BEZIERS  et une écluse  en fonctionnement  nous met dans  l'ambiance  de ce magnifique  Canal du Midi.  Nous longeons  le port,  grimpons au niveau  de la grande  écluse et nous  découvrons le majestueux  pont-canal du XIX siècle. 

Nous sommes  obligés  de quitter  le bord du  Canal à cause des travaux en cours,  ce qui nous  permet d'aller  retrouver  l'ancien  tracé  du XVIIeme siècle, lorsque le Canal traversait l’Orb au lieu de le surplomber.  Cette partie abandonnée et nostalgique, avec l'ancien port, nous amène jusqu'au bas des 7 écluses de Fonséranes : malheureusement le site est en rénovation depuis 18 mois et un grillage en interdit l'accès jusqu'au 1er juillet : c'est rageant. 

Heureusement nous  trouvons un passage,  nous  pouvons  approcher du site célèbre  et voir  aussi la pente d'eau avec son ascenseur à  péniche de 1980 qui  n'a jamais  fonctionné ! Cinq cents mètres  plus loin nous  retrouvons le Canal et partons  sur le chemin  de halage.  

Il reste quelques  platanes sur  un côté,  puis sur les 2, qui ont échappé à  l'abattage  obligatoire  (maladie du chancre). Puis  c'est la fin  des platanes : il est 11 heures,le soleil tape durement ! : Quelle  désolation ! : tout est dépouillé. Le magnifique  Canal est nu jusqu'à Colombiers.  Cela n'empêche pas les bateaux de tourisme ou de promenade de circuler.

Après  Colombiers et la belle  voûte de platanes retrouvée,  nous voici au tunnel du Malpas.  Lieu magique.  RIQUET y a créé  le 1er  tunnel  fluvial  en 1680. La voie ferrée  passe dans  un autre  tunnel sous  le Canal et le canal de vidange  de l'étang de Montady croise au dessous des 2 autres depuis 1209. En surface, la voie Domitienne  couronne  le tout. 

Après  la fraîche traversée du tunnel fluvial  nous  allons voir la maquette commentée du lieu à  la  "Maison  du Malpas " où le pique-nique est consommé à  l'ombre. 

 

A 3 heures, un guide  nous attend sur l'Oppidum  d’Ensérune.  En grimpant  nous admirons l'extraordinaire soleil de l'étang de Montady. La visite du site très intéressante dure 1 heure30, musée  compris. 

 

C'est le retour au bus stationné tout près  et nous rejoignons  Nimes vers 18h30.

Belle balade !...

 

Parcours :

CANAL DU MIDI

BEZIERS – ENSERUNE

Le canal du midi dans sa zone la plus originale, le grand Bief.

·         Pont canal sur l’Orb

·         Les 7 écluses de Fonséranes

·         Port de Colombiers

·         Tunnel-canal sous le Malpas (et musée)

·         Vue aérienne de l’étang – soleil de Montady

·         Les 3 tunnels superposés (SNCF/CANAL DU MIDI/ DRAIN)

·         Oppidum d’Ensérune sur la voie Domitienne

(Option : visite  de l’Oppidum d’Ensérune 6€ par personnes pour ceux qui le souhaitent)

 

Randonnée du 14 Mai 2017

 

"LE MONT BOUQUET"

 

 

Seynes - montée au Guidon du BOUQUET. 

 

Vues panoramiques

 

Ruines du chateau du Castellas

 

Environ 14km

 

Chemins caillouteux ( garrigues)

 

Dénivelé  400m

 

 

 

Randonnée du 30 avril 2017

 

Autour d'Avignon

 

Prevue le 30 avril,la sortie à Villeneuve les Avignon à été deplacee au lundi 1er mai,judicieusement ,car il a fait un temps magnifique.

 

A 9h nous sommes 22 à partir vers Avignon.Nous nous garons au pied de la superbe Tour Philippe le Bel,à l'entrée de Villeneuve.Nous traversons le Rhône par le pont Daladier qui nous fait découvrir les 4 arches rescapées  (sur 23!) du célèbre pont St Benezet de 1227.Puis nous longeons les beaux remparts d'Avignon et escaladons le rocher des Doms pour admirer le panorama de la rive droite du Rhone, de Villeneuve au mont Ventoux encore capuchonne de  nuages.

Nous regagnons ensuite l'île de la Barthelasse (Dommage! le bac ne fonctionne pas ce jour...) et remontons le fleuve par la belle promenade qui permet de profiter d'une vue de carte postale sur Avignon et le Palais des Papes.

Nous traversons l'île vers l'ouest en découvrant de charmants paysages fermiers

jusqu'au 2eme bras du Rhône. En remontant celui-ci nous arrivons au barrage ecluse que nous franchissons jusqu'à l'île des Papes ou un pré  ensoleillé nous accueille une heure pour le repas.

 

Nous repartons ensuite vers le nord jusqu'au barrage régulateur qui nous permet d'accéder à la rive droite du 3eme bras du fleuve.Nous reprenons alors vers le sud au bord de l'eau jusqu'au romantique canal des Castors,très ombragé, que nous suivons jusqu'a la fertile plaine de l'abbaye.Nous voici au pied du Mont Aaron que nous escaladons pour admirer la formidable forteresse St André. Puis nous plongeons vers la Chartreuse et la rue principale de Villeneuve

ou nous contemplons quelques riches façades du XIVeme et du XVIeme et des 

'"Palais cardinaux'",et le cloître de la collegiale Notre-Dame qui,elle,est malheureusement fermee (1er Mai!).Une charmante rue tortueuse et grimpante,

ou vécurent en 1942 Aragon et Elsa,nous conduit au jardin des Mourgues ou un panorama somptueux sur la Provence,des Alpes aux Alpilles,avec le Ventoux couronne de neige et Avignon au premier plan nous ravit.

 

Retour à la tour Philippe le Bel et départ vers 17h.

 

BELLE BALADE DE 18 KM!

 

 

 

RANDONNEE DU 15 JANVIER 2017

 

LA MONTAGNETTE : De Boulbon à Frigolet  

 

village médiéval, chapelle, abbaye  de Frigolet,  moulins à  vent....

    

    

 

Dimanche 15 janvier  2017, la France grelotte mais il fait beau sur la Provence malgré  un Mistral très  vif et frais.

 

10h30 à Boulbon via Tarascon  nous sommes 25 bien emmitouflés pour  affronter  la MONTAGNETTE. 

 

Après  un  regard  admiratif sur la magnifique  ruine du château  de Boulbon (XIIeme), nous nous engageons, par un vallon étroit,  dans la garrigue par un ancien chemin de pèlerinage  de St Jacques.

Nous arriverons  sur les cretes en plein Mistral mais en plein soleil  et  les horizons  bien  dégagés nous révèlent le Vaucluse,  Ventoux et même de lointains sommets alpins enneigés.

 

Nous découvrons l'abbaye  de Frigolet sous un angle insolite : ses tours pointues émergent des pins comme un château  de conte de fées.

 

Après  un passage  à la  boutique  à  souvenirs, nous visitons la basilique superbe de baroque étincelant. 

 

Le pique-nique, terminé  par quelques gouttes de la célèbre liqueur verte du frère  Gaucher.

Ensuite, nous retraversons la MONTAGNETTE vers l'ouest par un large chemin  aisé offrant  de belles  perspectives par dessus nos écharpes. 

Arrivés au moulin Bonet   qui  surplombe la plaine du Rhône  et le village de Boulbon, nous contemplons le paysage expliqué par la table d'orientation et le chateau aux ruines imposantes.

 

C'est la descente vers Boulbon. Au passage un arrêt  à  la chapelle St Marcellin avec  l'évocation  de la traditionnelle "procession  des bouteilles" du 1er juin. Puis c'est la traversée  du vieux village  avec quelques  vestiges  de tours et de remparts.

De retour aux voitures vers 16h, ivres de vent, mais heureux de l'avoir affronté.   A la prochaine !!

 

Randonnée de Décembre 2016

 

Autour de Fontvieille

 

Meuneries Romaines de Barbegal

Aqueduc d'Arles

Carrières

 

Randonnée du 09 Octobre 2016

 

De la roque d’Aubais  à Umbrussum

 

Dimanche 9 octobre 2016   magnifique  matinée d'automne ensoleillée et fraîche.

Nous  partons à 10h30 du terrain  de foot d'Aubais, 32 marcheurs (3/4 de marcheuses) sac au dos.
Le chemin nous  rapproche du Vidourle.

Première étape,  le vieux moulin des Carrières  dans son adorable écrin de verdure.  Nous  observons le petit bâtiment fortifié du XIIEME siècle  et apprécions les travaux de nettoyage  et de rénovation faits en 1996 qui le mettent bien en valeur.  Les marques  de crues sont indiquées avec un record pour  2002...

Puis  nous empruntons, au raz de l'eau,  le pont submersible  de Villetelle pour passer  dans l'Hérault  et prendre le chemin de la Roque d'Aubais par la rive droite  du Vidourle.

Petite grimpette sur le GR et magnifique point de vue sur  la plaine depuis la table d'orientation qui domine l'eau de 60m.
Quelques  explications  sur la faille géologique et le détournement du fleuve, le rappel de  la  légende de Gallus le Romain et de Vitia la druidesse et c'est le pique-nique  à l'abri du vent léger.

Nous repartons par la garrigue  de kermes pour rejoindre  Villetelle et le chemin d'Ambrussum par une petite  route  agréable. Après la traversée souterraine de l'autoroute par un boyau très "humide" nous voici à  l'entrée  du site.

En empruntant la Voie Domitienne (sur les pas d'Hannibal et de César), nous grimpons vers les ruines de l'oppidum gaulois en admirant la partie dallée  de la voie romaine  avec ses ornières.
Magnifique point  de vue panoramique  des vieux remparts,  de la mer aux Cévennes.

Nous  redescendons vers le pont Amboix avec sa célèbre arche, seule restante des 11 originelles.
Puis le groupe s'attarde dans  l'agréable petit  musée qui a été  récemment  installé  à l'entrée  du site.

Le retour vers Aubais se fait tranquillement en bavardant jusqu'à 17h.
Nous avons bien profité d'un beau soleil  et d'une compagnie agréable pendant les 15 km de cette première randonnée

 

 

 

 

 

 

@@@@@@@@@@@